Accueil |Nationale |

LA MANIFESTATION ETAIT IMPOSANTE À BEJAÏA

Forte présence féminine

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Yemma Gouraya au rendez-vousYemma Gouraya au rendez-vous

Drapées de l'emblème national, les femmes de Béjaïa ont marché, hier, au côté des pères, frères et époux dans la joie et la fête, comme si quelque chose d'important était attendu.

Béjaïa était hier de nouveau au rendez-vous des manifestations hebdomadaires, en cours depuis le 22 février maintenant. Les femmes et les hommes de Béjaïa ont en effet réussi encore le pari de se mobiliser dans une manifestation riche en couleur. Les Bedjaouis ont confirmé, hier, l'image d'un pays qui renaît après sa léthargie pendant des années. La manifestation était joyeuse, mixte avec la présence des femmes, qui ont préféré se démarquer des célébrations traditionnelles du 8 Mars pour se joindre à leurs époux, frères, pères et fils pour exprimer elles aussi leur colère quant à la situation de crise politique que vit le pays, même si cette présence féminine n'est pas première, il n'en demeure pas moins que cette fois-ci, les femmes ont dominé les débats par leurs voix, reprenant en choeur les slogans traditions des manifestations encore plus colorées, et pleines de vitalité. Ce 8 Mars, comme chaque année, la femme béjaouie à l'instar des ses soeurs algériennes à travers tous les pays, a célébré la Journée internationale des droits de la femme par une marche, loin d'être motivée par la revendication de ses droits, mais par des mots d'ordre pour le changement et le refus d'un 5e mandat.
Hier, hommes, femmes, jeunes et moins jeunes se sont de nouveau mobilisés en force. Drapés de l'emblème national, les manifestantes et les manifestants ont marché dans la joie, comme si quelque chose d'important était attendu. «Je suis présente aujourd'hui à côté de mon époux et mes deux enfants pour m'associer à la marche de la prise de conscience collective pour une Algérie meilleure, celle des libertés, de la démocratie et du bien-être quotidien», a indiqué cette enseignante. Alors que les acteurs politiques connus dans la région se faisaient discrets, les représentants des corporations, avocats, enseignants, commerçants, travailleurs, étaient là dans une ambiance de fête et de communion. Des enseignants de l'université de Béjaïa, qui ont eu déjà à marquer leur présence dans les précédentes marches ont proclamé leur entière adhésion au mouvement initié par le peuple. «Nous nous engageons par là, à prendre part, à toute action pacifique dont la finalité est la concrétisation de ses aspirations.Nos efforts s'orientent dans le sens de la concrétisation de l'objectif du changement que la société réclame et qui ne trouve, pour le moment, comme seul espace d'expression que la rue», ont-ils indiqué dans une déclaration rendue publique la veille. Les universitaires ont exigé «l'annulation de la présidentielle d'avril 2019», «une refondation totale des institutions de l'État», «contre le 5ème mandat» et demandent le «départ du système».

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha