Accueil |Nationale |

BÉJAÏA

Marches et hommage à Nabila Djahnine

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Elle a été assassinée le 15 février 1995Elle a été assassinée le 15 février 1995

L'activité ne s'est pas arrêtée hier encore à Béjaïa. Un hommage a été rendu à une grande militante, Nabila Djahnine pendant que dans la rue les enseignants et les médecins se sont invités dans deux marches qui s'inscrivent dans le sillage du mouvement en cours depuis le 22 février.

La ville de Béjaïa a été, hier, le théâtre de deux grands événements qui se sont singularisés par un grand hommage à Nabila Djahnine, militante de gauche, qui a été assassinée le 15 février 1995. Ses camarades et amis se sont associés pour nous rappeler cette militante, qui fut de son vivant la présidente de l'association Tighri n'tmetouth (Cris de femme), diplômé de l'institut d'architecture de l'université de Tizi Ouzou.
Hier, ses camarades de lutte, sa famille et des anonymes ont tenu à marquer leur présence à la cinémathèque de Béjaïa pour apporter leurs témoignages sur cette militante infatigable, qui a forcé le respect. Inscrite au Groupe communiste révolutionnaire (GCR) puis au Parti socialiste des travailleurs (PST), Nabila était parmi les plus sincères animateurs du mouvement étudiant et des animateurs du combat pour l'égalité des droits entre hommes et femmes. Elle fut, comme le rappelaient tous les intervenants, une femme de coeur, un exemple dans ses comportements aussi bien politiques, humains que professionnels dans le mouvement pour la démocratie, les droits et les libertés.Dans la rue, le mouvement de contestation populaire s'est poursuivi pour toucher d'autres corporations. Après les avocats et les enseignants de l'université, ce sont les enseignants des différents cycles qui se sont solidarisés avec le mouvement de contestation, exprimant à travers une marche qui a regroupé quelques centaines de personnes leur «soutien indéfectible», aux revendications du peuple algérien. «Nous ne pouvons pas rester indifférents face à cette situation, qualifiant de 'légitimes'' les revendications exprimées par le mouvement contestataire citoyen», indiquait hier un marcheur. «Oui, pour une vraie République. Oui, pour une Algérie meilleure et une démocratie majeure. Gloire à nos martyrs de la révolution et de la démocratie!», ont été scandés. Pour leur part, les travailleurs du corps médical ont procédé eux aussi à une autre marche avec les mêmes slogans.
Habillés en blouses blanches, des médecins, infirmiers et autres ont pris le départ du CHU de Béjaïa en direction du siège de la wilaya. Ne voulant pas être en marge des événements qui secouent le pays, les professionnels de la santé publique ont fait acte d'une présence corporatiste, même si comme l'affirment beaucoup d'entre eux, ils étaient de toutes les marches. Ces deux manifestations ont été beaucoup symboliques de par le nombre de participants. Côté slogans on retrouve l'ensemble des mots d'ordre brandis trois vendredis de suite: «Non au 5e mandat» et «Pour le changement du système», étaient en gros les slogans des deux manifestations du jour.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha