Accueil |Nationale |

L'APPEL À LA GRÈVE GÉNÉRALE A SUSCITÉ UNE PANIQUE CHEZ LES ALGÉRIENS

A qui profite la désobéissance civile?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Tomber de rideauTomber de rideau

Il est clair que l'appel à la désobéissance civile avait comme objectif de saborder et de faire capoter la dynamique populaire dans sa profondeur démocratique et sociale.

La situation politique du pays ballote, les évolutions prennent un caractère de prudence et de vigilance extrêmes. Le reflet de cette situation s'exprime à travers la grève générale et les appels à la désobéissance civile qui ont provoqué une sérieuse panique chez de larges couches de la population.
La panique s'est exprimée à travers des positions et des réactions qui se sont nettement et clairement démarquées par rapport à cet appel à la grève générale aux visées inavouées et inavouables de certaines forces occultes qui cherchent à semer une atmosphère de psychose dans le but d'affaiblir l'élan de la mobilisation, mais aussi d'orienter la tendance générale qui caractérise la dynamique qui s'est déclenchée depuis la marche historique du 22 février à nos jours.
La réaction est venue de 15 entreprises basées à la Zone d'activité Zak d'Akbou (ouest de Béjaïa), dont des géants nationaux de l'agroalimentaire, qui ont tiré la sonnette d'alarme et demandé à leurs travailleurs de reprendre leurs postes dès aujourd'hui à partir de 5h00 du matin.
La grève générale d'avant-hier, qui a connu des résultats mitigés, n'a pas été appréciée par de nombreux Algériens qui se sont soulevés contre le cinquième mandat et qui exigent le changement tous azimuts. Cette action qui a été rejetée par les représentants de la société civile, voyaient en elle un instrument de division du peuple et un moyen de récupération de l'élan populaire et de l'éloigner de son objectif, à savoir le maintien du caractère pacifique qui a trait aux revendications de changement et de rejet du cinquième mandat.
Les interrogations et les questionnements étaient orientés vers la nébuleuse islamiste et les forces occultes aux visées néfastes visant à entraîner et enrôler le pays dans un processus de crise et d'impasse, ouvert sur toutes les possibilités d'un chaos susceptible de provoquer la dislocation de la cohésion nationale et la destruction de l'Etat.
Le procédé de la grève générale et l'appel à la désobéissance civile répond à une stratégie sournoise obéissant à un plan cher aux forces obscurantistes et d'autres forces occultes pour pousser vers le pourrissement et créer une situation d'instabilité et de violence. Sur sa page Facebook, Djamel Zenati a écrit que «dans la hiérarchie des formes de lutte politique, la grève générale occupe indiscutablement le sommet. Elle est le prélude à la désobéissance civile». Pour lui, «la grève générale est une action très forte aux conséquences parfois imprévisibles. Elle peut provoquer un retournement d'opinion et servir d'alibi aux aventuriers de tous bords. Il est donc nécessaire de faire preuve de clairvoyance et d'une extrême vigilance dans la gestion de la grève des cinq jours qui est aujourd'hui à son premier jour dans tout le pays».
La main des islamistes et leurs satellites n'est pas étrangère à ce mouvement de désobéissance civile; d'ailleurs, cela a été prouvé par des déclarations faites par les représentants du parti dissous, à savoir l'organisation qui porte le nom de «Rachad», une organisation satellite aux service de l'islamisme en général et du parti dissous en particulier et qui trouve dans la chaîne de télévision El Magharibia son principal canal de communication. C'est d'ailleurs cette chaîne de l'ex-FIS qui milite pour la désobéissance civile. Cette sinistre organisation qu'est Rachad, inféodée aux officines qataries et turques à la fois, faisant dans le manuel des frères musulmans, n'a pas caché sa responsabilité quant à l'appel lancé à la grève générale et à la désobéissance civile. Son porte-parole n'y est pas allé avec le dos de la cuillère pour signifier que cette action était leur oeuvre et qu'il faut la maintenir pour réaliser l'objectif escompté. Il est clair que l'appel à la désobéissance civile avait comme objectif de saborder et capoter la dynamique populaire dans sa profondeur démocratique et sociale et d'une manière pacifique, alors que les islamistes se sentent en dehors de ce processus historique où toutes les couches de la société algérienne se sont levées d'une seule voix pour exprimer leur aspiration du changement pour une Algérie libre et démocratique.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha