Accueil |Nationale |

ÉTUDIANTS ET AVOCATS EN MASSE CONTRE LA «RUSE» DU POUVOIR

Le bras de fer se durcit à Annaba

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Qualifiant de grande supercherie la lettre du président Bouteflika, étudiants et avocats maintiennent la pression à Annaba.

Climat très tendu et atmosphère électrique que régnaient hier à Annaba. Au lendemain du retrait de sa candidature à un 5e mandat et du report sine die de la présidentielle, les Annabis ont doublement réagi. La première réaction en affichant leur satisfaction de l'annulation de sa candidature, la seconde dénonçant la «ruse» de Bouteflika, ou du moins de son entourage.
La journée d'hier était un espace de désolation, pour les avocats notamment qui ont boycotté les prétoires. Ne fonctionnant qu'en service minimum, les robes noires rejettent dans le fond et dans la forme, la prolongation de la mandature de Abdelaziz Bouteflika. ils ont revendiqué l'application de la loi. «Stop aux entraves de la Constitution», «cessez de bafouer les lois de la République» De leur côté, les étudiants, par centaines, ont manifesté à Annaba, dénonçant ce qu'ils se sont accordés à qualifier de «ruse» du président Abdelaziz Bouteflika pour se maintenir au pouvoir. À travers cet énième rassemblement, les étudiants ont manifesté leur résistance à la prolongation du 4e mandat. Scandant des propos hostiles au pouvoir et à son entourage, les étudiants de médecine, brandissant le drapeau national et défilant sur le Cours de la révolution, «dégagez, voleurs».
Refusant toute présence de personnalité liée au système, les étudiants ont montré du doigt ceux qu'ils ont qualifié des décideurs de l'ombre. «Non à la prolongation», «partez, partez»! ont crié les manifestants. Plusieurs étudiants interrogés sur la nature de la lettre du chef de l'Etat, les réponses étaient unanimes. «C'est une ruse pour gagner du temps, pour tenter d'enrayer le mouvement», ont dit les uns, «le temps de ramener un autre mafieux comme président», ont rétorqué les autres. Entre les uns et les autres, il y a ceux qui appellent à la transition, loin du système.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha