LAMAMRA APRÈS LES ANNONCES DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

"Nous n'avons pas droit à l'erreur!"


«Je crois qu'ensemble nous bâtirons cet avenir meilleur pour le peuple algérien», a déclaré lundi le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, sur les ondes de Radio France internationale.

Les déclarations du nouveau patron de la diplomatie algérienne résonnent comme un engagement qui dessine les contours de l'Algérie de demain. Celle à laquelle aspire son peuple, sa jeunesse qui a imprimé un souffle exceptionnel à ces marches populaires qui ont conduit le chef de l'Etat à faire des annonces qui serviront de socle à une seconde République.
Un rendez-vous avec l'histoire qu'il va falloir bien négocier. «Il appartient maintenant aux femmes, aux hommes et surtout aux jeunes de ce pays de se hisser au niveau, au diapason de cette responsabilité historique. Nous n'avons pas droit à l'erreur, je crois qu'ensemble nous bâtirons cet avenir meilleur pour le peuple algérien», a déclaré lundi soir sur les ondes de Radio France internationale (RFI), le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, qui a assuré qu'il y aura des élections «libres».
Le président Bouteflika a pris des décisions «véritablement de portée historique», a-t-il souligné, indiquant que dès l'installation du nouveau gouvernement la priorité sera d'ouvrir un large dialogue avec la jeunesse et avec les forces vives du pays.
«Dès l'installation du nouveau gouvernement, la priorité sera d'ouvrir un large dialogue avec la jeunesse et avec les forces vives du pays pour que nous puissions nous rassembler autour des décisions du président Bouteflika» a assuré Ramtane Lamamra. De quoi s'agira-t-il exactement? «Préparer ensemble l'avenir avec ses grandes échéances et les grandes manifestations politiques avec la conférence nationale qui doit être indépendante, inclusive et qui doit élaborer et adopter une nouvelle Constitution pour la deuxième République pour un nouveau système politique algérien», a expliqué, le nouveau patron de la diplomatie nationale.
«C'est l'ouverture d'une ère nouvelle pour l'Algérie que le peuple algérien ne peut que s'en féliciter» s'est-il exclamé qui a mis en exergue le climat de confiance qui doit régner pour faire aboutir ce fabuleux projet de société, tant attendu.