Accueil |Nationale |

BEJAIA

La mobilisation ne fléchit pas

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Les travailleurs de pas moins de quatre corporations ont battu, hier, le pavé des artères de la ville de Béjaïa.

La contestation populaire était encore, hier, de mise dans la wilaya de Béjaïa. Des manifestations relevant de différentes corporations se sont invitées sur le terrain dans un élan qui n'a de valeur que la préparation du grand rendez-vous de vendredi prochain. D'ailleurs, des appels allant dans ce sens ont été scandés par les travailleurs de plusieurs secteurs de la vie économique et sociale de la wilaya. L'opposition contre la prolongation du mandat du président ou ce qui est appelé communément «le recyclage du système» étaient les maîtres-mots de pas moins de quatre manifestations de rue, pendant que la grève était encore de mise dans tous les secteurs, exception faite des officines pharmaceutiques, quelques buralistes et cafetiers et des transporteurs bénévoles.Des milliers d'enseignants ont répondu, hier, à l'appel de l'intersyndicale de l'éducation, non pas pour soulever des revendications corporatistes, mais pour s'inscrire dans le mouvement populaire exigeant le «départ sans conditions du système». De l'esplanade de la Maison de la culture, jusqu'au siège de la wilaya puis le centre de l'ancienne ville, les travailleurs de l'éducation n'ont pas cessé de scander des slogans contre la «mafia», qui «embrigade le pays» et qui «use de subterfuges pour durer encore». «Non à la prolongation du 4e mandat, nous voulons le changement du système» pour une Algérie libre, démocratique et sociale», autant de slogans scandés à tue -tête dans une ambiance empreinte de fierté mais aussi de joie et de fraternité. Un climat de communion s'est exprimé particulièrement, lorsque la marche des enseignants croisait celle des travailleurs de la SDE, qui scandaient à leur tour les mêmes slogans. Une union prend forme avec d'autres travailleurs d'Algérie télécom et du secteur des finances. Tous ensemble, ils arpentaient des heures durant, les artères de la ville de Béjaïa sous un air de fête comme si une victoire proche est attendue. «On ne s'en lasse pas de ce genre de manifestations», fait remarquer un sexagénaire, qui dit revoir ses années d'enfance.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha