Accueil |Nationale |

JOURNÉE DE LUTTE ET DE REVENDICATION

Les personnes à mobilité réduite, "marchent"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Ils étaient par milliers dans les quatre coins de la République pour faire part de leur rejet de l'offre faite cette semaine par le président Bouteflika.

C'est devenu un rituel. Les manifestations font, désormais, partie de notre quotidien. Les protestations continuent et la pression se maintient. Avant-hier, des rassemblements des personnes handicapées ont été organisés à l'occasion de la journée nationale des Handicapés. Accompagnés par des proches, en chaise roulante où encore avec des cannes. Ils étaient par milliers dans les quatre coins de la République pour faire part de leur rejet de l'offre faite cette semaine par le président Bouteflika. Le refus est catégorique. La mobilisation se poursuit. Les personne à mobilité réduite, ont dit haut et fort, «non à un prolongement du quatrième mandat anticonstitutionnel pour le président Abdelaziz Bouteflika» A Alger, le sit-in des personne handicapées en leur Journée nationale, a été organisé à la Grande Poste. Leur message est poignant, notamment, qu'ils subissent une double injustice. Par leur mobilisation, ils montrent leur engagement surtout en cette journée symbolique. Les personnes rencontré au centre-ville d'Alger, ont tous un message unanime. Ils affirment, que par cette démarche, ils participent à une action citoyenne. Ils veulent transmettre un message lourd de sens. Désormais, nul ne veut rester regarder sans y participer. En ce 14 mars, les personnes à mobilité réduite ont été au coeur de l'événement autant qu'auxiliaire d'un changement. L'action est pacifique. De jour en jour, les manifestants, sont de plus en plus nombreux. De nouvelles idées, de nouveaux slogans, mais la revendication principale reste la même. La journée du 14 mars, qui était depuis longtemps, synonyme de fête et de folklore vide de sens, à finalement repris sa véritable place, journée de «lutte et de revendication». Marginalisés depuis des lustres, ils veulent un changement réel et non des manoeuvres pour étouffer la contestation. Leur situation est la plus dramatique. C'est la catégorie la plus marginalisée, en silence, elle subit des injustices.. Aujourd'hui, ils sont déterminés, et ils affirment qu'ils poursuivront leur mouvement pacifique pour un changement réel. «J'ai répondu à l'appel de la patrie, avant de répondre à l'appel de l'association d'aide aux handicapés Al Amal, pour une marche pacifique», a témoigné Hamza.B, jeune homme à mobilité réduite, accompagné par l'un de ses proches. Drapé il ajoute «nous sommes tous, là pour participer à la construction de notre Algérie». De son côté, la présidente de l'association Al Amal, Hyzia Rezuig, a estimé que «cette action nationale de protestation vise à participer au mouvement et notamment pour dénoncer l'abandon par l'État de cette catégorie sensible de la société.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha