Accueil |Nationale |

QUATRIÈME VENDREDI DE PROTESTATION EN ALGÉRIE

La presse internationale en admiration

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La presse internationale en admiration

Grandioses, gigantesques, majestueuses... Tels sont les qualificatifs dont ont usé les journalistes étrangers pour commenter les manifestations qui ont rassemblé, soulignons-le, des millions d'Algériens.

Les impressionnantes marches pacifiques, initiées vendredi dernier par les citoyens aux quatre coins du pays, n'ont pas laissé les médias internationaux indifférents.
Grandioses, gigantesques, majestueuses... Tels sont les qualificatifs dont ont usé les journalistes étrangers pour commenter les manifestations qui ont rassemblé, soulignons-le, des millions d'Algériens criant d'une seule voix pour dénoncer les dernières décisions du gouvernement, portant sur le report de l'élection présidentielle.
Les supports médiatiques francophones s'y sont intéressés de très près, comme c'est le cas du quotidien Le Figaro qui en a même fait sa une du samedi 16 mars, titrant «En Algérie, les manifestants réclament la fin du régime». Ergotant un peu plus sur les événements, le journal détaille «pour le quatrième vendredi consécutif, le pays a connu une mobilisation gigantesque contre la prolongation sine die du mandat du président Abdelaziz Bouteflika». Pour sa part, Le Monde a zoomé sur cette nouvelle génération qui veut renverser le système... à travers un reportage réalisé au niveau de quatre régions clés, à savoir Alger, la capitale, Oran, Tizi Ouzou et Annaba. Le Monde est allé à la rencontre de ces jeunes qui aspirent au changement.
Dans un éditorial du quotidien français régional, La Nouvelle République, on admirerait presque le mouvement populaire composé essentiellement de jeunes. Pour l'éditorialiste, Denis Daumin, cette jeunesse «ensoleille les rues des villes et sublime la colère d'un peuple». Il mettra encore en avant «l'élégance des étudiantes algéroises ou oranaises et leurs slogans colorés».
On constate par ailleurs, le même enthousiasme du côté des médias audiovisuels, qu'ils soient arabes ou autres. Des vidéos de différents animateurs ou personnalités étrangères disent être émerveillées» par un «tel civisme». Les slogans utilisés par les manifestants, lesquels, soit dit en passant, n'ont pas été dépourvus d'imagination, ont été repris en masse par ces derniers. Dans des chaînes comme France 24 version française ou arabe, des chroniques entières ont été consacrées pour cela. Les chroniqueurs ont choisi avec soin les affiches les plus pertinentes, évoquant un «humour fin et intelligent». D'autres n'ont pas manqué de relever le caractère «festif» de ces manifestations, bien que l'enjeu soit grand.
Par ailleurs, des débats télévisés rassemblent quotidiennement sur les chaînes internationales, des experts politiques, journalistes et autres intellectuels pour donner leurs opinions quant à la situation. Tout ce beau monde, en plus de commenter les événements, analyse les faits et s'interroge sur la portée de cette protestation, se posant ainsi des questions ayant trait à la structuration de ce mouvement, à l'après-Bouteflika et la période de transition en vue d'orienter le pays vers une Deuxième République.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha