Accueil |Nationale |

HUBERT VEDRINE ANCIEN CHEF DE LA DIPLOMATIE FRANÇAISE

"Une dynamique est en marche en Algérie"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Questionnements, comparaisons et similitudes. Happés par le torrent des événements qui marquent la scène politique algérienne, les observateurs nationaux et étrangers ne tarissent pas d'analyses.

La dernière en date nous vient de l'ancien chef de la diplomatie française. S'exprimant, hier, dans un entretien accordé au Journal du Dimanche (JDD), Hubert Védrine a trouvé de grandes similitudes entre ce qui se passe en Algérie et l'Europe de l'Est au moment du démantèlement de l'ex-Urss. «Ce puissant mouvement pacifique de contestation n'a rien à voir avec la confiscation par les militaires de la victoire probable du FIS au second tour des législatives de 1991. Là, il s'agit d'un système mis en place depuis des décennies, qui commence à se déverrouiller», a analysé le ministre français, vraisemblablement séduit par les grandioses manifestations en Algérie, exigeant le départ du régime. «Ce qui se passe en Algérie, au-delà de son importance, signe le début d'un dégel du système qui était figé depuis l'arrivée au pouvoir de Houari Boumediene en 1965», a ajouté M. Vedrine, estimant que «même si le renoncement de Bouteflika à un cinquième mandat et l'amorce d'un nouveau processus institutionnel peuvent n'être que tactiques, une façon de gagner du temps, comme le soutiennent bon nombre d'observateurs, une dynamique est en marche». «L'opinion publique a donc raison de se réjouir, car ce qui se passe depuis des semaines est très prometteur. Ces foules sont très impressionnantes par leur taille et leur calme. Leur self-control est remarquable», ajoute le ministre français. Au sujet de la position des pays étrangers dont la France, il fait remarquer qu'elle serait contre-productive quelle que soit sa nature. «On n'a que trop vu, ailleurs, les dégâts causés par l'esprit missionnaire, philosophique ou diplomatique! Quoi qu'on en pense, sur le fond, ça ne marche pas, ou plus. C'est même souvent contre-productif.
C'est encore plus vrai pour l'Algérie, d'autant que les Algériens ne nous ont rien demandé.» En effet, on a vu avec quelle célérité les déclarations du président français ont été mal perçues par les manifestants à Alger qui n'ont pas manqué de brandir des affiches signifiant un «NON» catégorique à toute ingérence étrangère.
Hubert Védrine considère ainsi, qu'«il y a souvent, compte tenu de notre psychologie, un contraste entre la résonance affective des événements et les leviers réels dont on dispose pour agir. En fait, aucune décision en Algérie, depuis des années, n'a été prise sous influence française». En diplomate avisé, il explique par ailleurs que «Le risque, il est d'abord pour eux, (l'Algérie, Ndlr) si le processus dont on souhaite le succès devait échouer.» Concernant la France, il suggère de ne pas agir en fonction de l'émotion médiatique du jour. «Il faut sortir de la névrose franco-française et franco-algérienne, être réaliste, plus modeste et donc plus efficace, raisonner à long terme et avec sang-froid», affirme-t-il

Sonatrach
Le personnel manifeste au Sud
Malgré une note dans laquelle la direction met en garde ses travailleurs contre toute manifestation d'adhésion au mouvement populaire, des travailleurs ont décidé de transgresser l'interdit et de s'inscrire dans le combat populaire pacifique. Ils ont ainsi observé, le vendredi dernier, des arrêts de travail sur les sites de Hassi Messaoud (plate-forme pétrolière) et de Hassi R'mel (plate-forme gazière) et des manifestations y ont été organisées aux cris de «Pas de prolongement du 4e mandat», entre autres. A préciser que le courrier de la direction de Sonatrach, publié par le huffpostmaghreb, date du 10 mars dernier et stipule clairement que «Tout rassemblement, de quelque nature que ce soit, ou arrêt ´´collectif et concerté´´ du travail, même de courte durée, en infraction des dispositions conventionnelles, réglementaires et légales constitue une faute professionnelle».

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha