Accueil |Nationale |

EDUCATION NATIONALE

Le concours de promotion boycotté?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le malaise se répercutera sur les classes d'examensLe malaise se répercutera sur les classes d'examens

Si certains candidats se sont absentés sans en préciser les raisons, d'autres ont affirmé avoir été influencés par le mouvement de protestation populaire qui ponctue le pays ces dernières semaines.

Plusieurs candidats au concours de promotion dans le secteur de l'éducation au grade de professeur principal et professeur formateur ont brillé par leur absence, lors de la deuxième session des examens qui a débuté, avant-hier. Selon les déclarations de certains candidats, le même constat a été fait en janvier dernier, mais à des degrés moindres. Si certains candidats se sont absentés sans préciser les raisons, d'autres ont affirmé avoir été influencés par le mouvement de protestation populaire qui ponctue le pays, ces dernières semaines. En effet, on signale que de nombreux postulants à ce concours auraient boycotté ces examens délibérément, comme pour afficher leur appartenance à ce mouvement citoyen. D'après des sources du ministère de l'Education nationale, ces mêmes absents avaient suivi la procédure de dépôt de leurs dossiers pour être examinés samedi dernier. En outre, on fait également savoir que les services de ce département ont reçu en tout, les dossiers de 30103 candidats, répartis à travers 168 centres d'examen.
Il faut rappeler qu'il s'agit de la deuxième session de promotion des enseignants aux grades supérieurs, qui concerne les trois paliers (primaire, moyen et secondaire). Le ministère de l'Education nationale, avait annoncé récemment, qu'il est question de combler pas moins de 9000 postes vacants. On avait encore souligné que la démarche de la tutelle portant sur l'organisation d'une deuxième session, avait pour but de donner une seconde chance aux candidats qui avaient échoué lors de la précédente, et dont le nombre tourne autour de 43.000.
Par ailleurs, le département de Nouria Benghebrit a mobilisé un nombre important de directeurs et d'inspecteurs, les chargeant de la surveillance des examens. Et ce, pour anticiper sur un éventuel boycott des enseignants adhérents aux différents syndicats autonomes de l'éducation.
En ce qui concerne la correction, elle débutera jeudi prochain et s'étalera sur la première semaine des vacances de printemps. Le ministère de l'Education nationale avait rassuré, il n'y a pas si longtemps sur les conditions de déroulement de cette deuxième session. Et cela concerne en particulier, une totale transparence dans les corrections, dans l'optique de donner les mêmes chances de réussite à tous les postulants.
En conclusion, il est évident que le climat politico-social tendu qui règne en ce moment dans le pays, perturbe de plus en plus de secteurs d'activités. Et cela pourrait même aller au blocage, sachant que les syndicats autonomes relevant de l'Education nationale ont déjà pris partie à la révolte populaire, et ce à des semaines de la fin de l'année. Le malaise se répercutera d'autant plus sur les classes d'examens.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha