Accueil |Nationale |

DANS UN MESSAGE À LA NATION

Le Président Bouteflika relance la feuille de route

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le Président Bouteflika relance la feuille de route

Même si le départ du président est acté par lui-même, il n'est apparemment pas question de le réaliser dans les conditions de respect des dispositions constitutionnelles.

Le président de la République a donné, hier, dans un message à la nation à l'occasion de la fête de la Victoire, un signe susceptible d'être interprété comme une réponse aux gigantesques marches de vendredi dernier. Les Algériens avaient clairement rejeté l'option d'un prolongement du 4e mandat et le président évoque dans sa missive qu'il s'était engagé à favoriser l'émergence de la Deuxième République, comme un «objectif suprême (...) avant la fin de mon parcours présidentiel, à vos côtés et à votre service». L'allusion à son départ avec la fin de son actuel mandat est un élément nouveau dans le discours du chef de l'Etat. Il reste que cette interprétation n'est pas l'unique lecture du message présidentiel. En liant son départ à la mise en place de la Conférence nationale inclusive, le Président Bouteflika ne répond pas vraiment aux desiderata du peuple, pourrait accuser ses opposants.
Cela dit, même si le départ du président est acté par lui-même, il n'est apparemment pas question de le réaliser dans les conditions de respect des dispositions constitutionnelles.
Et pour cause, dans son message, le président de la République évoque avec insistance la Conférence nationale inclusive «qui se tiendra dans un très proche avenir, avec la participation de toutes les franges du peuple algérien, émettra des décisions cruciales à même d'opérer le bond qualitatif que réclame notre peuple».
Le président de la République ne manquera pas d'insister sur l'autonomie totale de la conférence qui aura «la mission de délibérer, en toute liberté, de l'avenir socio-économique du pays, un avenir chargé de défis dans ce domaine, d'où l'impératif d'un consensus national sur les objectifs et les solutions à même d'atteindre une croissance économique forte et concurrentielle».
Le chef de l'Etat qui semble fortement croire à la faisabilité de son plan d'action dans des délais très courts, suggère de maintenir le modèle social de l'Algérie, basé sur la justice et la solidarité. Pour le Président Bouteflika, «cette voie contribuera, inéluctablement, à faire sortir l'Algérie de sa dépendance aux hydrocarbures et aux fluctuations des cours du pétrole sur les marchés internationaux».
Des propos quelque peu décalés, faut-il le souligner, sachant le contexte compliqué que traverse le pays. Cela n'empêche pas le président d'estimer que «la consolidation de notre pays au double plan économique et social, lui permettra de mieux préserver son unité territoriale et sa sécurité dans un environnement direct en pleine effervescence, et dans un monde menacé par les risques de crises multiformes».
Et le chef de l'Etat de poursuivre: «Il est vrai que l'Algérie est forte d'une armée connue pour son haut niveau de professionnalisme et ses sacrifices exemplaires, mais il n'en demeure pas moins que sa sécurité et sa stabilité en appellent également à un peuple qui soit à la hauteur de ses aspirations socio-économiques et culturelles. Un peuple qui doit prêter main forte à son armée pour préserver l'Algérie contre les dangers extérieurs, et jouir de la quiétude et de la stabilité.».

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha