Accueil |Nationale |

LE MOUVEMENT DU 22 FÉVRIER SUJET À DES INTERFÉRENCES ET À LA RÉCUPÉRATION

Les obscurantistes s'attellent à la tâche

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les islamistes et leurs alliés veulent se redéployerLes islamistes et leurs alliés veulent se redéployer

Les représentants du projet passéiste et rétrograde, pour ne pas dire obscurantiste, se font une voix au sein d'un espace restreint qui se targue d'être le porte-parole du mouvement populaire.

L'élan populaire de 22 février et son sursaut patriotique n'en finissent pas de secréter des dynamiques politiques et des démarches programmatiques quant à l'issue salvatrice à même de recentrer le débat sur les vraies questions qui institueront une approche en mesure de mettre en place un véritable socle de la nouvelle République dont tout le monde veut mettre en branle.
La situation politique du pays est ballotée entre les tenants du statu quo qui essayent tant bien que mal de trouver une sortie «salutaire» à leur crise structurelle en tant que système et aussi la société dans sa quête d'asseoir les jalons d'un nouveau modèle de gouvernance qui s'inscrit à l'opposé du modèle qui a été mis en place par le pouvoir, depuis plusieurs décades.
Les ambivalences sont multiples, les tergiversations ne cessent de se manifester d'une manière criarde au niveau de ceux qui s'autoproclament comme étant les détenteurs, voire comme porte-voix de l'étendard du changement né à partir de l'élan populaire qui s'est enclenché le 22 février et qui se maintient dans sa cadence mobilisatrice à nos jours.
Cette dynamique est sujette à des tiraillements et à des atermoiements pour ne pas dire à la récupération par une certaine cohorte qui cherche à se recycler et à se refaire une virginité politique, après avoir mis le pays à feu et à sang. Mais l'enjeu qui se trame et qui se peaufine est surtout l'oeuvre de ceux qui n'ont pas tiré des enseignements de la période funeste de la déferlante obscurantiste qui a fait capoter l'espoir de voir le pays entamer sa voie vers un vrai changement, avec comme leitmotiv un Etat de droit où la démocratie et la justice sociale constitueront le socle et la matrice de la République et de ses institutions. L'élan populaire, qui était spontané, se voit aujourd'hui être livré à quelques apprentis sorciers qui veulent le détourner de sa trajectoire consistant en un changement qui consacrera la donne démocratique comme pratique politique et le pluralisme, dans le cadre d'un projet de société où la modernité politique et la séparation du religieux, du politique constitue l'alpha et l'oméga de ce processus de changement dont des larges couches de la société le clament à haute et vive voix.
Les représentants du projet passéiste et rétrograde, pour ne pas dire obscurantiste, se font une voix au sein d'un espace restreint qui se targue d'être le porte-parole du mouvement populaire. Ce groupe, qui est composite, voire antagonique sur le plan idéologique, vient d'esquisser ce qu'il appelle «plate-forme pour le changement». Les signataires de cette «plate-forme» se font connaître facilement; ce qui est paradoxal dans cette affaire des signataires, c'est que les éléments du parti dissous sont mentionnés et présents, en leur qualité de signataires de cette «plate-forme du changement». C'est dire que l'élan populaire du 22 février a été dévoyé, voire dénaturé et dépouillé de sa substance en sa qualité de mouvement qui s'est élevé contre le système présent, pour mettre en place une République démocratique, libre et sociale. C'est ce qui a ressorti en gros dans la dynamique populaire, à travers ses quatre marches historiques. La prudence commence à s'installer dans les rangs de ceux qui ont pris part à cet élan populaire pour le changement, la vigilance fait son bonhomme de chemin pour faire face aux tentatives de récupération de ce mouvement et de son essoufflement. Dans ce sens, certains groupes émanant de ce mouvement populaire, n'hésitent pas à rappeler ceux qui se sont autoproclamés comme étant les porte-voix de ce mouvement, de lever leurs mains sur ce mouvement et de ne pas jouer à la mainmise et à la récupération de cet élan populaire, à des fins inavouées.
Il faut dire que les islamistes n'ont pas admis de voir tout un élan aussi massif qui aura à s'imposer comme une déferlante qui sera imbibée dans une autre dynamique hostile à leur approche nihiliste et obscurantiste.
Les islamistes et leurs alliés veulent se redéployer pour infiltrer le mouvement et le détourner de sa vocation censée refléter les aspirations de la majorité, qui aspire à l'instauration d'une République moderne.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha