Accueil |Nationale |

JUSTICE

Il a 20 ans et condamné à 20 ans

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Les deux accusés n'ont pas nié les faits leur ayant été reprochés en reconnaissant avoir opéré leur coup dans le but de commercialiser leur «marchandise» à Oran.

Un jeune homme âgé tout juste de 20 années vient d'être condamné à 20 ans de prison ferme. Une telle sentence vient de lui être infligée par le tribunal criminel de la cour d'Oran l'ayant reconnu coupable dans l'affaire des 560 kg de kif traité. L'accusé a déjà été jugé auparavant et condamné à la perpétuité, avant qu'il n'émette un pourvoi en cassation devant la Cour suprême. Rejugé une deuxième fois, il a été condamné à 20 ans de prison. Le mis en cause a introduit un deuxième recours lui ayant donné droit à un autre procès à l'issue duquel il vient d'être condamné à 20 ans à passer en prison. Une telle affaire, qui a trop traîné devant les tribunaux, a commencé en 2011 à partir de la commune d'El Amria, dans la wilaya de Aïn Témouchent. Exploitant d'importantes informations faisant état de l'arrivage d'une quantité considérable de kif à partir de Maghnia, les policiers de cette localité se sont lancés dans une chasse-poursuite contre une voiture de marque Mercedes.
Son chauffeur, se rendant compte du guet-apens dressé par la police, a pris la fuite en prenant une autre destination avant d'abandonner la voiture et son contenu: 560 kg de kif traité, des habits de sport et un téléphone portable. C'est à partir de ce téléphone que le mis en cause a été identifié avant d'être arrêté sans grand fracas. Toujours dans le cadre du traitement des affaires liées au trafic de drogue, le tribunal de première instance d'Oran vient de prononcer une peine de 20 ans de prison ferme contre deux jeunes hommes accusés de trafic de comprimés psychotropes de marque Ecstasy.
Ladite affaire a été le fruit d'un contrôle ordinaire opéré par des gendarmes d'Oran d'une voiture provenant de la localité frontalière de Maghnia, à l'extrême ouest du pays. Dans leur fouille, ils sont tombés nez à nez avec une quantité de 1 250 comprimés desdits psychotropes. Auditionnés, les deux accusés n'ont pas nié les faits qui leur ont été reprochés en reconnaissant avoir opéré leur coup dans le but de commercialiser leur «marchandise» à Oran pour la somme de 1200 dinars contre un seul comprimé.
Ce n'est pas tout, le ministère de la Défense nationale a, dans un communiqué qu'il a rendu public, fait état de l'arrestation, lundi dernier, de neuf narcotrafiquants à Oran et à Relizane. Un tel coup a été opéré par un détachement de l'Armée nationale populaire et des éléments de la Gendarmerie nationale ayant saisi également une quantité de drogue et de psychotropes en leur possession.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha