Accueil |Nationale |

WEEK-END PLUVIEUX À ANNABA

Les élus n'ont pas retenu la leçon

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

C'est un janvier bis que Annaba a connu ce week-end où les mauvaises conditions climatiques ont, pour la seconde fois, été fatidiques.

Il semble que les locataires de l'APC de Annaba n'ont pas appris la leçon, pour éviter les désagréments des mauvaises conditions climatiques. Celles-ci ont été subies de plein fouet par les populations, dans un décor de «déjà-vu». La même situation enregistrée il y a deux mois, avec les pluies et les vents violents, sur la wilaya, a occasionné d'importants dégâts matériels et humains, surtout le mercredi et le jeudi qui n'ont pas été de tout repos pour la Protection civile à Annaba. Au bilan des interventions, il est fait état de la chute d'un palmier à la rue Bougandoura au centre-ville. Le sinistre a occasionné la mort d'un jeune lycéen. Âgé de 18 ans, la victime (B.A) est décédé sur place. Si pour ce cas, la nature a capitulé devant la mort, pour d'autres elle a occasionné plus de peur que de mal. puisque plusieurs personnes ont été blessées lors de ces inondations. Les unes ont été assistées sur les lieux et d'autres ont été évacuées vers les urgences du CHU Ibn Roched. Outre ce désolant accident, il a également été fait état de la submersion de plusieurs cités en zones urbaines de la wilaya. Situation à l'origine de difficultés sans précédent de la circulation routière. Depuis El Bouni et Boukhadra, en passant par la cité Seybouse et jusqu'à El Hadjar, le désastre était identique. Les rues et ruelles de ces villes ont vécu la même situation qu'il y'a deux mois. Similaire était la situation à Aïn Berda, Berrahal et la nouvelle-ville de Draâ Erich, entre autres communes et daïra de la wilaya, où les dégâts auraient pu ne pas avoir lieu... Même la nouvelle gare routière était inaccessible en raison des fortes pluies. Idem pour la localité de Chabbia, restée isolée en raison de son emplacement sur
la RN 44. Au chef-lieu de la commune de Annaba, l'incroyable était vrai. La plaine ouest et plusieurs autres quartiers de la ville de Annaba, étaient submergés par des tonnes de déchets ménagers et la boue. À l'origine de cette situation, la sempiternelle indifférence des locataires des APC, quant aux amoncellements des décharges sauvages, les constructions anarchiques ici et là, narguant toutes les réglementations...En effet, faute de ramassage d'ordures et de contrôle des constructions, la situation ne pouvait qu'être meurtrière, notamment en pareilles circonstances. Celles-ci, influencées par les changements climatiques auxquels l'Algérie est désormais confrontée. Signalons qu'en moins de 24 heures, plus de 200 interventions ont été opérées par la Protection civile à travers les 12 communes de la wilaya. 20 interventions ont ciblé l'évacuation des eaux, le dégagement des tonnes de boue occasionnées par des glissements de terrains et l'ouverture des routes obstruées par la boue et les tonnes d'ordures. En dépit des instructions du wali et surtout celles de l'ex-ministre de l'Intérieur, Nouredine Bedoui, lors, de sa visite, il y a deux mois à Annaba, sur l'impérative prise en charge de toutes situations pouvant engendrer de tels désagréments. Le constat reste inchangé, parce que tout simplement, les élus n'ont pas tiré les leçons à l'origine du mouvement populaire...

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha