Accueil |Nationale |

L'ANP tient à la légalité républicaine

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le chef d'état-major ne pouvait pas être plus clair sur les intentions de l'institution qu'il dirige. En proposant l'activation de l'article 102, en s'appuyant sur les articles 7 et 8 de la Constitution, l'ANP entend scrupuleusement respecter les termes de la Loi fondamentale. Après avoir souligné les différentes interventions sur le sujet et qui sont restées lettre morte, en raison du silence pesant de la présidence de la République, le chef d'état-major a donc montré, à travers cette rencontre, l'une des plus imposantes du commandement de l'ANP, depuis l'indépendance du pays, la détermination de l'institution militaire à concrétiser la revendication du peuple par les voies légales. Et dans le ton du général de corps d'armée, il y a l'écho de l'ultime sommation. «Nous estimons qu'il n'y a plus lieu de perdre davantage de temps et qu'il faut appliquer immédiatement la solution constitutionnelle proposée, à savoir la mise en application des articles 7, 8 et 102 et entamer le processus garantissant la gestion des affaires de l'Etat dans le cadre de la légitimité constitutionnelle.» Mais même dans l'immédiateté de la mise en oeuvre de cette solution, le chef d'état-major n'entend pas sortir des limites constitutionnelles et ne propose, à ce stade, aucune autre alternative que celle prévue par la Constitution.Revendiquant le soutien du peuple qui «a approuvé cette démarche et l'a accueillie favorablement», Ahmed Gaïd Salah n'a pas manqué de souligner que sa démarche est une «initiative» et pas un ordre militaire. Visiblement attaché à maintenir l'ANP éloignée des disputes politiciennes, le chef d'état-major a placé la démarche de l'institution militaire dans le cadre de sa «responsabilité historique envers le peuple et la patrie.» Jusque-là, il n'y a point d'ingérence ou autre sortie de piste de l'institution militaire. Cependant et le constat n'est pas seulement celui de l'ANP, mais est partagé par les Algériens, «cette démarche a été accueillie par l'entêtement, la tergiversation et la sournoiserie de certains individus qui oeuvrent à faire perdurer la crise et la rendre plus complexe», note le chef d'état-major, non sans souligner que ces individus n'ont d'autres soucis que celui de «la préservation de leurs intérêts personnels étroits, en se souciant peu des intérêts du peuple et de l'avenir du pays». Ce constat interpelle donc l'Armée nationale populaire, dont «les efforts consentis (...) depuis le début de la crise (...) confirment que son unique ambition est de veiller à préserver la conception constitutionnelle de l'Etat». Il y a dans cette déclaration un réel attachement à la légalité républicaine. Outre cette mission que l'ANP entend assumer, Ahmed Gaïd Salah évoque également «la sécurité et la stabilité du pays» et la protection du «peuple d'une poignée de personnes qui a indûment accaparé des richesses du peuple algérien». L'accusation est directe et la suite est édifiante. «A l'heure qu'il est, elle s'affaire à contourner ses revendications légitimes en fomentant des plans douteux», pour entraîner le pays «dans le piège du vide constitutionnel», affirme le chef d'état-major.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha