Accueil |Nationale |

Communiqué de la Présidence accusant l’ANP d’un coup d’état

Mohamed Ali Boughazi «c’est un faux»

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Mohamed Ali Boughazi «c’est un faux»

La nuit de lundi à hier, a été celle de la guéguerre de communiqués. A peine quelques heures après l'annonce par la présidence de la République de la démission du chef de l'Etat avant le 28 avril prochain et sa prise d'importantes décisions avant de quitter le pouvoir, qu'un premier faux communiqué attribué à la présidence de la République envahit les réseaux sociaux. Dans ce communiqué, il est fait état du limogeage par le président Bouteflika, du chef d'état-major, Ahmed Gaïd Salah, conformément aux articles 77 (alinéas 1 et 8) et 78 (alinéa 2) de la Constitution, en tant que vice-ministre de la Défense nationale et son admission à la retraite. Selon le communiqué, il a été remplacé par le général Saïd Bey. Le ministère de la Défense nationale (MDN) a vite démenti, sur sa page Facebook, ces rumeurs précisant que «l'information relayée (...) est infondée». Cette grossière manipulation ayant été vite dévoilée, une autre est lancée, dans la matinée d'hier. Mais cette fois, la teneur du communiqué, attribué également à la présidence de la République et portant la signature du conseiller du président Mohamed Ali Boughazi, est d'une extrême gravité. Intitulé «déclaration à la Nation», le communiqué fait état d'une tentative de coup d'Etat menée par le commandement de l'armée qui aurait donné ordre aux forces de la Défense nationale d'encercler le siège de la Présidence, les résidences d'Etat et le siège de la télévision publique. Suite à quoi le président Bouteflika, toujours selon le communiqué, aurait décidé de démettre le chef d'état-major, Ahmed Gaïd Salah et de le déférer devant la justice militaire ainsi que l'ensemble des chefs de ce putsch avorté. Un appel au peuple est lancé afin de soutenir les institutions légales qui le représentent, de même que l'opinion internationale est prise à témoin face à ce qui serait «une ingérence inconstitutionnelle» de l'armée dans la politique. L'information qui s'est répandue comme une traînée de poudre, s'avérera également fausse. Mohamed Ali Boughazi, censé avoir signé le communiqué, a démenti en bloc sur la chaîne de télévision El Bilad, faisant part de son étonnement et dénonçant le fait que sa signature soit imitée. Qui cherche à mettre de l'huile sur le feu?

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha