Accueil |Nationale |

FAKE NEWS, FAUX COMMUNIQUÉS ET INTOX

La nuit très agitée d'Alger

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Une journée chargée en rebondissementsUne journée chargée en rebondissements

«Les conséquences de ces dérapages risquent d'être dangereuses.»

La tensions entre les deux clans au pouvoir constituent un véritable danger pour le pays. Une grande escalade a marqué la scène politique ces dernières 24 heures où des échanges de menaces par médias interposés entre la présidence de la République et l'état-major de l' armée se sont exacerbés. A ce rythme, les conséquences de cette «contre-révolution» seront «très périlleuses», préviennent de nombreux observateurs. Tout a commencé durant la nuit du dimanche à lundi, la présidence de la République a diffusé un communiqué «énigmatique», signé par son secrétaire général, annonçant qu'avant son départ, le président de la République entend prendre d'«importantes mesures» pour assurer la continuité du fonctionnement des institutions de l'État durant la période de transition. Le communiqué faisait fortement illusion au «limogeage du chef d'état-major, Gaïd Salah par le chef de l'Etat avant son abdication», dautant plus que cette mesure relève de ses prérogatives. Ce document intervient, faut-il le rappeler, après l'annonce par la justice d'une série d'enquêtes sur la corruption, avec des mesures d'interdiction de sortie du territoire à l'encontre de 12 hommes d'affaires, majoritairement considérés comme des grands bonnets proches du clan présidentiel. Même la composition du gouvernement Bedoui porte la trace de compromis entre les deux partis. Illustrant cette guerre entre les deux parties: les chaînes de télévision privées Echorouk et El Bilad annoncent juste après que «le communiqué de la présidence de la République a été rédigé par le frère cadet du chef de l'Etat, Saïd Bouteflika.» Par conséquent, toute décision émanant de la Présidence dans les prochains jours sera contestée par l'état-major. Les choses se sont accélérées davantage et l'escalade était à son paroxysme, hier. Un communiqué, portant la signature du conseiller à la Présidence, Ali Boughazi, a été diffusé, hier, sur les réseaux sociaux. Il faisait état dans son contenu d'«un coup d'Etat contre le président Bouteflika et de l'encerclement du siège de la présidence de la République, de la résidence d'Etat de Zéralda, et de la télévision publique par des forces de la Garde républicaine». Cette intox a été vite démentie par Ali Boughazi, via des chaînes de télévision privées. Ce dernier s'est déclaré être «choqué» par ce faux communiqué, soulignant qu'il n'est pas habilité à signer les communiqués de la Présidence. Auparavant, un autre communiqué, annonçant le limogeage du chef d'état-major Ahmed Gaïd Salah par le président de la République a été diffusé sur les réseaux sociaux en début de soirée de lundi. Cette fake news a été accompagnée d'une autre rumeur faisant état de l'encerclement du siège de la Télévision nationale par des forces armées. Dans le sillage de ces grandes manoeuvres et manipulations, l'ancien président de la République, Liamine Zeroual a annoncé en substance dans sa lettre qu'«il ait récusé la proposition de présider l'instance de gestion de la période de transition, que lui a faite lors de leur rencontre à Alger, le général de corps d'armée à la retraite Mohamed Mediene, dit Toufik, suite à un accord avec Saïd Bouteflika». En plus de son refus opposé à cette offre, M Zeroual a rappelé «la nécessité de ne pas entraver la marche du peuple algérien qui a récupéré sa souveraineté». Sur un autre plan, Ali Benflis a commenté le communiqué de la Présidence, en indiquant: «Les masques sont tombés, les forces anticonstitutionnelles, qui se sont emparées des sceaux de l'Etat algérien, agissent maintenant à visage découvert.» Pour rappel, le général à la retraite Mohamed Mediene, dit Toufik, a démenti avoir rencontré Bachir Tartag ou un agent d'un pays étranger à Alger pour mettre en place un «plan visant à déstabiliser l'armée».

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha