Accueil |Nationale |

DÉMISSION DE ABDELAZIZ BOUTEFLIKA

La presse étrangère commente

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Les commentaires fusentLes commentaires fusent

Hier encore, plusieurs journaux internationaux ont alimenté leurs «unes» avec la démission du président Abdelaziz Bouteflika.

Les rebondissements qui ne cessent de caractériser l'actualité algérienne ces derniers jours, donnent de la matière à la presse étrangère. Hier encore, plusieurs journaux internationaux ont alimenté leurs «unes» avec la démission du président Abdelaziz Bouteflika.
Commentant l'événement, le journal Le Figaro s'interroge ainsi sur la tournure que prendra le mouvement populaire et les étapes qui accompagneront l'après-Bouteflika. L'auteur de l'article s'interroge dans ce sens; «Après la démission de Bouteflika, quelles sont les prochaines étapes pour l'Algérie?». Allant plus dans le détail, Le Figaro écrit «le président de la haute chambre du Parlement, Adelkader Bensalah va assurer l'intérim. Ce pur produit du régime a 90 jours pour organiser une nouvelle élection présidentielle», tout en soulignant que le peuple n'a pas encore dit son dernier mot; «les Algériens, eux, veillent car ils veulent aussi en finir avec le ´´système´´ politique», précise-t-il, comme pour dire que la contestation citoyenne ne s'arrêtera pas là.
Pour sa part, le journal Le Monde met bien en évidence le fait que la démission de Bouteflika est le résultat de la pression exercée par l'armée qui a poussé ce dernier vers la sortie. On peut alors lire à la «une» du quotidien; «En Algérie, l'armée a précipité la démission de Bouteflika malgré la résistance de son entourage».
La chaîne de radio, France culture, a pour sa part attiré l'attention sur le rôle que prendra l'armée dans la transition démocratique. Pour développer ce point précis, France culture fait une brève analyse des titres des journaux algériens et relève l'hésitation des journalistes algériens à trancher «entre reconnaissance à l'armée de son rôle décisif dans la chute du clan Bouteflika et crainte d'un coup d'Etat militaire masqué».
La presse canadienne y est également allée de ses commentaires sur la démission de Bouteflika. Le quotidien
Le Soleil fait simple en titrant «Bouteflika démissionne». Le journal a ensuite fait une petite chronologie du parcours du désormais ex-président depuis son AVC en 2013. Le Soleil relayera en outre les manifestations des Algérois après avoir eu vent de la nouvelle, en précisant toutefois que les Algérien sont loin d'être «dupes». «Joyeux, parfois euphoriques, la plupart des Algérois interrogés par l'AFP ont néanmoins répété leur détermination à continuer de manifester malgré cette démission, refusant la transition prévue par la Constitution, qui laisse aux commandes les acteurs du système».
Le journal de Québec a également rapporté l'information, rappelant «au pouvoir depuis 20 ans, M. Bouteflika a avisé officiellement le Conseil constitutionnel de la fin de son mandat de président de la République» à partir «d'aujourd'hui», mardi, indique un bandeau déroulant sur la télévision nationale, peu après la remise en cause explicite par l'armée algérienne de l'autorité de la Présidence».
Le Frankfurter Allgemeine Zeitung, quotidien allemand, titre clairement «L'armée passe à l'action», en précisant que «les entrepreneurs et oligarques jusqu'ici proches de Saïd Bouteflika, le très influent frère du président, ont également pris leurs distances avec le régime».
«Six semaines de manifestations pacifiques en Algérie ont suffi pour le faire renoncer», écrit le quotidien espagnol El Pais, tandis que le quotidien belge Le Soir évoque «une nouvelle victoire pour les Algériens».

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha