Accueil |Nationale |

BÉJAÏA

La mobilisation reste intacte

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La rue de Béjaïa a répondu, hier, par la négative aux dernières mesures décidées par le chef d'état-major de l'Armée nationale populaire. C'est pratiquement le mot d'ordre de la manifestation. Les marcheurs se sont montrés insatisfaits des «réaménagements» opérés, exigeant, on ne peut plus clairement le départ des quatre «B» entendre par là Belaïz, président de Conseil constitutionnel, Bensalah, président du Sénat, Bedoui Premier ministre et Bouchareb du FLN. Jugés comme faisant partie de la «mafia», à l'origine de la crise, les manifestantes et les manifestants, qui ont battu le pavé des principales artères de Béjaïa ont exigé leur départ et ont refusé «les solutions de plâtrage»que les décideurs ne cessent d'avancer. «Le peuple veut le départ du système et il n'y a pas plus clair que ça», indique un citoyen anonyme, qui s'interroge, à l'instar de beaucoup d'autres marcheurs sur le pourquoi de «ces fausses réponses et solutions» à une demande clairement exprimée dans le slogan «système dégage». «Non à l'article 102», un article perçu comme en contradiction avec les articles 7 et 8 de la Constitution». Hier, la mobilisation était encore au rendez-vous; la manifestation s'est ébranlée avant l'heure. Alors que la procession humaine a déjà parcouru près d'un kilomètre des grappes humaines arrivaient de partout, brandissant l'emblème national et celui qui met en relief l'identité amazighe. Arrivée à auteur du carrefour Nacéria, la procession humaine a observé une minute de silence à la mémoire des martyrs du printemps noir. S'ensuivent alors les slogans «pouvoir assassin» et «ulach smah ulach».En famille, les Bedjaouis étaient au rendez-vous autant par la présence et les slogans que par cet esprit d'entraide qui a fait revivre les traditions ancestrales de la région. Distribution de l'eau, des repas offerts, des confiseries pour les enfants, les marcheurs qui étaient drapés tous de l'emblème national, ont été gâtés. Les revendeurs du drapeau national et amazigh ont fait également de bonnes affaires. L'autre aspect à retenir pour ce vendredi reste celui des volontariats organisés dans la matinée à travers de nombreux quartiers. En attendant le rendez-vous de la marche, les jeunes et moins jeunes se sont occupés à débarrasser leurs quartiers des détritus et autres ordures, que les services communaux n'ont pas ramassés. La manifestation monstre s'est poursuivie plusieurs heures après pour se disperser comme d'habitude dans le calme, laissant place aux volontaires pour nettoyer la ville

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha