Accueil |Nationale |

PLUIES ET NEIGES AU MENU

Bouira grelotte

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Même si jusqu'à maintenant aucun incident n'a été enregistré, les citoyens craignent de voir des scénarios vécus se répéter.

Les pluies tant attendues par les paysans sont arrivées, hier, et, pendant toute la journée de grosses averses se sont abattues sur l'ensemble de la wilaya. Ces averses qui font la joie et le bonheur des agriculteurs qui commençaient à craindre pour leurs récoltes, ont quelque part causé des désagréments aux citoyens. Dans les régions de Selloum, commune d'Aghbalou, d'Ath Laâziz, daïra de Bouira, la fragilité du sol cause des glissements. Tout le monde a en mémoire les éboulements qu'ont connus ces régions au mois de février dernier et il y a deux années sur le flanc sud du Djurdjura. Même si jusqu'à maintenant aucun incident n'a été enregistré, les citoyens craignent de voir des scénarios vécus se répéter. Sur les hauteurs du Djurdjura, à plus de 1000 mètres, la neige a recouvert les flancs de cette montagne. Une nouvelle fois, le passage par le col de Tirourda vers Tizi Ouzou a été fermé par précaution pour les usagers. En ville et particulièrement au chef-lieu de wilaya, ces pluies sèment aussi la peur de revivre le drame du mois de février dernier quand le jeune pompier Achour Mohamed avait été emporté par une crue alors qu'il tentait de déboucher un avaloir. Comme à chaque hiver, les rues sont inondées en divers endroits. La circulation devient alors pénible. Du côté de la direction des eaux on affiche un large sourire, surtout que les trois barrages de la wilaya sont suffisamment remplis pour pallier la forte consommation durant les étés chauds et arides. Ces pluies intenses sont aussi la cause du mécontentement des usagers de l'autoroute l'entrée Est-Ouest à Bouira et Lakhdaria. Les travaux confiés à l'entreprise du richissime homme d'affaires algérien, aujourd'hui entre les mains de la justice, s'éternisent et compliquent davantage la circulation sur un axe autoroutier défoncé en plusieurs endroits. «Cette situation à elle seule mérite un procès» nous dit un automobiliste taxieur qui fait les allers-retours entre Bouira et Alger quotidiennement. La nette détérioration du temps a sensiblement perturbé le retour des élèves en classe après un congé hivernal. L'absentéisme était important, hier, dans les établissements de la wilaya. A ce mauvais temps s'ajoute cet appel à une grève qui a amené bon nombre de parents à garder leurs enfants à la maison en attendant que ça s'éclaircisse.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha