Accueil |Nationale |

TIZI OUZOU

Marche et débrayage

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La première journée de grève générale a été massivement suivie, surtout dans les domaines d'activité dépendant du secteur public.

Au lendemain de la gigantesque marche de vendredi dernier, la ville de Tizi Ouzou a abrité, hier, une autre manifestation de rue, en plus d'une grève générale qui a été suivie presque à 100% dans le secteur public et celui de l'éducation nationale, et à plus de 60% dans le secteur privé. Un seul mot d'ordre a été également mis en avant en cette première journée de la semaine: «pour le changement radical et pour le départ du système». Concernant la marche observée hier, il y a lieu de préciser qu'elle a été organisée par les travailleurs du secteur de l'habitat de la wilaya de Tizi Ouzou, ainsi que des employés de la direction de wilaya de ce secteur d'activité. ils étaient des milliers de femmes et d'hommes à s'être rassemblés dès le milieu de la matinée, devant le portail de l'université Mouloud-Mammeri, munis de différentes banderoles où l'on pouvait lire les slogans habituels exhibés lors des marches qui ont eu lieu dans la wilaya de Tizi Ouzou et ailleurs, depuis le 22 février dernier, afin d'exiger le départ du système politique qui dirige le pays depuis 20 ans. Les manifestants ont battu le pavé en empruntant les boulevards principaux de la ville des Genêts, notamment la rue Lamali Ahmed, le boulevard Abane Ramdane et la rue Larbi-Ben-M'hidi. «Djech chaâb, khawa khawa», «les trois 'B'', dégagez», «klitou leblad, yassaraqin», Système, dégage», «imazighen»... ont été, entres autres, les slogans scandés hier, lors de la marche des fonctionnaires du secteur de l'habitat de la wilaya de Tizi Ouzou. Il y a lieu de préciser que, comme d'habitude, nous avons remarqué une présence remarquable de la gent féminine lors de cette marche. En outre, la première journée de la grève générale a été massivement suivie, surtout dans les domaines d'activité dépendant du secteur public. L'appel à une grève générale de trois journées, en vigueur depuis hier, a été lancé sur les réseaux sociaux depuis une semaine. Ainsi, la majorité des établissements scolaires de wilaya était paralysée. Qu'il s'agisse des lycées, des collèges ou des écoles primaires, la majorité des élèves a rebroussé chemin, hier matin. Le débrayage a également été suivi à 100% dans toutes les agences postales, notamment au niveau du chef-lieu de wilaya, comme ce fut le cas pour la poste Chikhi et la Recette principale. Par ailleurs, toute les banques de la wilaya, les sièges des APC, la formation professionnelle, les agences de Sonelgaz, celles de l'Algérienne des eaux, etc. étaient tous à l'arrêt et le débrayage doit se poursuivre aujourd'hui et demain, a-t-on appris de diverses sources. Contrairement à la grève de cinq jours qui a été observée au début de la révolte le 22 février dernier, le secteur des transports de voyageurs n'a pas été affecté cette fois-ci. De même que les activités commerciales n'ont été que partiellement paralysées.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha