Accueil |Nationale |

AYANT REFUSÉ DE DÉMISSIONNER DE LEURS POSTES

Le FFS "répudie" ses parlementaires

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le FFS

Le parti a indiqué avoir levé la couverture politique à ses élus qui n'ont pas respecté sa décision de se retirer des deux chambres du Parlement.

Le conclave des deux chambres du Parlement prévu demain pour déclarer la vacance définitive du pouvoir et désigner le président intérimaire ne s'annonce pas de tout repos tant il est rejeté par l'opposition... Sans concession, le FFS a dénoncé, hier, dans un communiqué «la convocation des deux chambres du Parlement illégitime et impopulaire pour le mardi 9 avril 2019», estimant que ce pouvoir «autiste qui n'entend pas la voix du peuple, dans une vaine tentative de reconduire les responsables du régime, afin de le pérenniser, de le renforcer et de le consolider». Dans son document, signé par son premier secrétaire Hakim Belahcel, le plus vieux parti d'opposition a ainsi attiré l'attention et rappelle qu'il ne faut pas se tromper d'objectif. «Le peuple algérien manifeste depuis le 22 février pour exiger un changement du système et non un changement dans le système.» «Le peuple dans toutes ses composantes et sur tout le territoire national, exige un changement radical du système en rejetant ses deux béquilles institutionnelles (APN et Sénat)», et «c'est au peuple algérien qu'il appartient de reconstruire l'Etat et ses institutions d'une manière souveraine et démocratique après 57 ans d'un régime autoritaire qui a empêché toute alternance démocratique», estime le parti. Il sera difficile d'envisager la suite des évènements avec Bensalah en tant que président intérimaire. Sortis par millions vendredi dernier, les Algériens ont totalement rejeté en effet, cette éventualité. L'on va même jusqu'à poser la question: le problème serait-il pour autant réglé si l'on change Bensalah par un autre sénateur du tiers présidentiel? Le parti de feu Hocine Ait Ahmed, est catégorique, «tout le système doit partir». Dans le même communiqué, le FFS a indiqué avoir levé la couverture politique à ses parlementaires qui n'ont pas respecté la décision du parti de se retirer des deux chambres du Parlement, prise il y a un mois, a-t-il annoncé dimanche. «Le Front des Forces socialistes a procédé à la levée de la couverture politique aux parlementaires du parti qui n'ont pas démissionné, et ce, pour non-respect de la décision relative au retrait des parlementaires du FFS des deux chambres du Parlement prise par les instances politiques du parti le 6 mars 2019, conformément à la charte de l'élu et aux textes du parti», a-t-il indiqué dans un communiqué.
14 élus du parti ont refusé de quitter l'Assemblée populaire nationale comme l'a demandé la direction du parti. «Ces 14 députés refusent de quitter l'Assemblée avançant l'argument que pour quitter, l'ordre doit émaner du conseil national.
Or, la charte de l'élu qu'«ils ont eux-mêmes signée, est très claire à ce sujet: elle stipule que cette prérogative revient de plein droit à la direction politique», a affirmé à L'Expression un membre de l'instance présidentielle du parti. Ils ont été officiellement sommés de quitter l'APN le 31 mars dernier, ce qu'ils n'ont pas fait à ce jour. «Il y a parmi nous des cas sociaux», aurait avancé comme argument invraisemblable un des députés lors de la réunion avec la direction du parti. «On fera une quête pour vous», a répliqué un jeune élu.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha