Accueil |Nationale |

COUP DE SEMONCE DU FMI CONTRE LA CORRUPTION

Du sur-mesure pour l'Algérie!

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Le FMI tire la sonnette d'alarme...Le FMI tire la sonnette d'alarme...

L'institution de Bretton Woods démontre que les gouvernements et les institutions de l'Etat qui tissent le lit de la corruption exposent leurs populations à des conséquences néfastes incalculables.

L'étude du Fonds monétaire international tombe à pic. Elle renforce les aspirations du Hirak algérien qui tendent vers l'édification d'un Etat de droit et à faire table rase d'un système qui s'est accommodé avec l'argent sale et les pratiques mafieuses. Ce qui a permis à des hommes d'affaires véreux d'amasser des fortunes siphonnées du Trésor public. En recourant aux pots-de-vin, à la corruption. Il n'est de toute manière un secret pour personne, que ce phénomène, qui est devenu un sport national, gangrène jusqu'à la moelle les institutions de l'Etat. La compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, poumon de l'économie nationale, n'y a pas échappé. Elle représente un exemple édifiant d'un tel état de fait, de comportements qui se sont érigés en culture. Les répercussions ont un effet dévastateur sur le développement économique du pays et le bien-être de sa population.
«L'abus d'une charge publique à des fins personnelles érode la confiance du public envers l'Etat et les institutions, réduit l'efficacité et l'équité des politiques publiques, détourne de l'argent du contribuable et mine la capacité de l'Etat à promouvoir une croissance économique», précise une étude publiée sur le site du Fonds monétaire international consacrée aux conséquences de la corruption au sein des gouvernements et des institutions étatiques sur les économies et les populations qui la subissent. Du sur-mesure pour l'Algérie! Sans la citer, les experts du FMI soulignent qu'«il ressort de notre étude que les pays riches en ressources naturelles, en moyenne, ont des institutions plus faibles et des niveaux de corruption plus élevés». Pas besoin d'être grand clerc pour deviner que nous rentrons dans ce type de schéma. «Les pays émergents les plus corrompus gaspillent au moins deux fois plus d'argent que les moins corrompus», soulignent les experts du FMI. L'Algérie est-elle concernée? La réponse est oui! L'autoroute Est-Ouest devait lui coûter 7 milliards de dollars. Cette enveloppe financière s'est gonflée pour atteindre les 14 milliards de dollars! Quelles sont les autres «niches» de la corruption? L'institution de Bretton Woods met en exergue la fraude fiscale. «Nous analysons plus de 180 pays et constatons que les pays les plus corrompus perçoivent moins d'impôts, car les contribuables paient des commissions illicites pour s'y soustraire, profitant notamment d'échappatoires fiscales conçues en échange de pots-de vin.
En outre, lorsque les contribuables pensent que leurs dirigeants sont corrompus, ils sont plus susceptibles de pratiquer la fraude fiscale», soulignent les concepteurs de l'étude du FMI qui mettent l'accent sur les effets de la corruption sur la population.
Comment l'impacte-t-elle? «La corruption empêche la population de tirer pleinement parti de la richesse provenant des ressources naturelles du pays. Etant donné que l'exploitation pétrolière ou minière génère des profits faramineux, elle incite fortement à la corruption», indiquent-ils. Comment doit-on procéder pour la contenir?
«Les pays peuvent aussi s'attaquer avec acharnement au blanchiment de capitaux et réduire les possibilités de dissimulation des revenus de la corruption dans des centres financiers opaques situés à l'étranger», recommandent les spécialistes du Fonds monétaire international.
«La lutte contre la corruption exige de la persévérance sur plusieurs fronts, mais procure des avantages inestimables. Elle commence par une volonté politique, un renforcement permanent des institutions pour promouvoir l'intégrité et la responsabilité, ainsi qu'une coopération mondiale», ont-ils souligné. C'est la voie toute tracée du Hirak.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha