Accueil |Nationale |

AFFAIRES DE CORRUPTION ET DE TRANSFERTS ILLICITES DE CAPITAUX

Un coup de pied dans la fourmilière

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Voleurs, vous avez pillé le pays!Voleurs, vous avez pillé le pays!

«Cette opération qui s'apparente à une réelle chasse aux sorcières, a pris son essence dans la sève du mouvement populaire.»

C'est la descente aux enfers pour les hommes d'affaires frappés d'interdiction de sortie du territoire national. Sur la liste des 12 personnes, notamment des chefs d'entreprise connus, la Gendarmerie nationale de Bab Djedid, sur instruction du parquet de Sidi M'hamed a entamé ce samedi les auditions de cinq d'entre eux, dans le cadre d'enquêtes sur des dossiers de corruption et de transferts illicites de capitaux.
Cette opération qui s'apparente à une réelle chasse aux sorcières, a pris son essence, dans la sève du mouvement populaire, qui dès le départ, a crié à la corruption et aux biens mal acquis par une horde de magnats qui ont imposé leurs lobbys sur tous les secteurs de l'économie nationale.
Ceci étant, après la suite des évènements qui ont marqué les vendredis de la contestation, notamment, l'annulation du 5e mandat, le démission du président, et l'application en cours des articles 7,8 et 102 de la Constitution, il faut dire que l'ouverture des dossiers de scandales économiques et la traque des responsables a été sans conteste la revendication centrale de la 7e marche du Hirak. Vendredi dernier, les slogans les plus répandus, étaient clairs, les mêmes phrases retentissaient dans les quatre coins du pays «voleurs, vous avez pillé le pays». Il est clair, et cela s'est vu dans les circonstances de l'arrestation de l'ex-président du FCE Ali Haddad qui s'apprêtait à quitter le pays en catimini, vers la Tunisie, que la panique a déjà gagné le milieu des affaires, d'autant plus que la liste des prévenus reste ouverte, et fait trembler ceux qui sont encore dans l'ombre.
Au demeurant et selon, les différents médias, ce sont les dossiers les plus brûlants qui sont mis sur la table. Des dossiers pour lesquels beaucoup d'encre a coulé, et qui tournent autour du coût du projet de l'autoroute Est-Ouest, construction et équipement d'hôpitaux, les marchés publics obtenus, les crédits bancaires, les transferts vers l'étranger, et les contentieux avec l'administration fiscale (Impôts) et les douanes.
Dans le même ordre d'idées, le professeur Mebtoul a estimé qu'«aucun pouvoir algérien ne peut éradiquer la corruption s'il ne s'attaque pas à l'essence de la sphère informelle, car sans changement des pratiques institutionnelles, en mettant d'autres personnes, les institutions de l'Etat reviendraient aux mêmes pratiques de corruption».
Par ailleurs, et devant cette situation complexe, il serait injuste de mettre tous les hommes d'affaires et entrepreneurs dans le même panier. A ce propos, le P-DG d'Alliance Assurances, attire l'attention dans son intervention sur TSA, sur les risques de dérapage, et surtout de voir l'image de l'opérateur honnête algérien ternie par cette vague d'assainissement«j'ai constaté cette image abîmée des chefs d'entreprise, j'ai discuté avec les gens et essayé de leur expliquer qu'il ne fallait pas généraliser et qu'il ne fallait surtout pas qu'il y ait une chasse aux sorcières et autres règlements de comptes. Il est tout aussi vrai que l'entrepreneur algérien doit travailler dans le cadre de la loi, il ne doit être ni au-dessus ni en dessous de la loi», précise-t-il. Et d'ajouter «avoir des crédits bancaires ou bénéficier des avantages fiscaux, c'est normal et cela se fait dans tous les pays du monde et c'est de cette manière qu'on développe une économie. Mais tout cela doit se faire dans la transparence en s'assurant que les avantages offerts s'inscrivent dans le cadre de la loi, et s'il y a, des abus, il faut qu'ils soient sanctionnés par une justice indépendante et dans la transparence totale». En somme, dans cette période charnière, où le contexte politique est mis en avant, et que le sort du pays est engagé, il est plus qu'important, de veiller à ce que ce virage déterminant, ne prive l'économie nationale, qui se trouve aux balbutiements de la relance économique, de l'émergence de l'un de ses plus importants leviers, en l'occurrence le secteur privé.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha