Accueil |Nationale |

LE PRÉSIDENT DE L'ÉTAT, ABDELKADER BENSALAH, S'EST ADRESSÉ, HIER, AUX ALGÉRIENS À 20 H

"Je vous tends la main"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
455 députés de l'Alliance présidentielle ont participé à cette réunion455 députés de l'Alliance présidentielle ont participé à cette réunion

«Je demanderai à notre classe politique et citoyenne de faire preuve d'innovation, de participation et de confiance pour construire ensemble ce nouvel édifice juridique qui ouvrira la voie à la mise en place d'un tout nouveau système politique.»

Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, s'est engagé à mettre en place, en concertation avec la classe politique et civile citoyenne, «une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions nécessaires de préparation et d'organisation d'élections nationales honnêtes et transparentes». Un engagement qui répond au souci de l'opposition qui entend garder la main, de bout en bout, sur le processus électoral. L'offre du président de l'Etat vient ainsi ouvrir une possibilité de dialogue entre Algériens pour une sortie rapide de la crise à travers une démarche constitutionnelle, «aménagée» à travers l'association de la classe politique et de la société civile à l'organisation de la présidentielle, devant se tenir dans les 90 jours. Cette allocution qui intervient à deux jours de la prochaine mobilisation populaire, pèsera-t-elle dans la balance, au point d'amener l'opposition et la rue à reconsidérer la situation et revenir sur la revendication du départ des 3 «B»? On le saura bien assez tôt, voire même dès aujourd'hui, à travers les réactions. En tout cas, au moment où l'on s'y attendait le moins, Bensalah ouvre une piste assez sérieuse. L'autre promesse du chef de l'Etat concerne l'obligation qui sera faite au gouvernement et aux «services administratifs concernés de soutenir et d'accompagner (l'institution collégiale) dans l'accomplissement de ses missions en toute liberté». Ainsi, Bensalah coupe la poire en deux, en accordant à l'opposition et à la société civile la mission de contrôle total du fonctionnement du processus électoral. Sans apporter véritablement des garanties concrètes, le président de l'Etat n'exhorte pas moins «tout un chacun à surmonter les divergences et nous investir dans une action collective historique à la hauteur des défis de l'étape, reposant sur les valeurs de solidarité, de cohésion et d'abnégation, dans le but d'atteindre l'objectif suprême, c'est-à-dire poser les fondements de l'Algérie du futur».
A ce propos, M.Bensalah a assuré: «Je veillerai à ce que le cadre juridique y afférent soit élaboré et mis en forme dans le meilleur délai, mais je demanderai à notre classe politique et citoyenne de faire preuve d'innovation, de participation et de confiance pour construire ensemble ce nouvel édifice juridique qui ouvrira la voie à la mise en place d'un tout nouveau système politique répondant aux aspirations de notre peuple.» Il a estimé que «l'exercice par le peuple de ses choix, de manière libre et souveraine, permettra l'investiture, dans le délai constitutionnel, d'un nouveau président de la République. Ce choix sera d'autant plus libre que les conditions de son exercice seront des conditions de calme, de sérénité et de confiance entre nous.» «L'important, pour notre peuple, est de choisir la personne et le programme qui répondent le mieux à ses aspirations à un nouveau système politique en mesure de relever les défis majeurs du pays dans une Algérie arrimée à la modernité, à la démocratie, à la justice et au développement», a-t-il ajouté. Exprimant souhaiter «l'investiture prochaine d'un président de la République qui, avec son programme, inaugurera la première étape de la construction de l'Algérie nouvelle» et «de voir tous nos citoyens contribuer, avec ardeur et abnégation, à cette édification». «J'attends de tout un chacun, une mobilisation plus grande que celle dont ils ont fait montre jusqu'à présent, pour faire face aux défis multiples et urgents que notre pays doit inéluctablement affronter, notamment ceux liés à notre Sécurité nationale et régionale, ainsi que l'enjeu des profondes réformes économiques, financières et institutionnelles, et celui de notre développement social et humain durable», a encore ajouté M.Bensalah.
A cette occasion, le chef de l'Etat a tenu à adresser ses salutations à «l'ensemble des catégories sociales qui ont participé de manière pacifique, digne et responsable, aux marches successives qui ont animé la scène politique, depuis le 22 février passé».
Il a rendu également hommage aux forces de notre Armée nationale populaire qui «n'ont jamais failli à l'accomplissement, combien fondamental, de leur mission constitutionnelle et à la sagesse de son Commandement qui a opté pour le respect de la Constitution en tant qu'unique référence afin de permettre à notre peuple de réaliser ses aspirations et surmonter la crise actuelle».

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha