Accueil |Nationale |

GRANDIOSE MARCHE À TIZI OUZOU

Un huitième vendredi fidèle au premier

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Pour la huitième fois depuis le 22 février 2019, la ville de Tizi Ouzou a été au rendez-vous, hier, avec les airs festifs à l'occasion de la traditionnelle marche du vendredi qui exige le départ du système et le renouvellement de l'équipe dirigeante du pays.

Ils ont rallié la ville de Tizi Ouzou dès le début de l'après-midi à partir des 67 communes que compte la wilaya: des jeunes filles, des jeunes garçons, des personnes de tous âges, il y avait même des enfants et des personnes âgées dont des à cette marche dont l'esprit pacifique est remarquable. Le rendez-vous a été fixé, comme d'habitude devant le portail d'accès au campus universitaire de Hasnaoua. Les centaines de personnes rassemblées les premières à ce niveau sont vite devenues des milliers puis des dizaines de milliers.
Malgré l'affluence impressionnante des manifestants à cette marche, aucun dérapage n'a été signalé et la manifestation s'est déroulée dans un respect mutuel exemplaire. Et pour ne pas faillir à la tradition, quand ils sont parvenus au niveau du boulevard «Lamali-Ahmed», les manifestants ont alors observé un silence olympien par respect aux centaines, voire aux milliers de malades hospitalisés au niveau du centre hospitalo-universitaire «Nedir Mohamed». Ce n'est qu'une fois arrivés au carrefour des martyrs du printemps noir, que les manifestants ont alors repris en choeur les slogans hostiles au régime politique actuel incarné par les fameux «trois B.», à savoir Abdelkader Bensalah, Noureddine Bedoui et Tayeb Belaïz. Les manifestants voient en ces trois responsables des figures de proue du régime de l'ancien président de la République. Et à l'instar des citoyens des autres wilayas du pays, ceux de Tizi Ouzou exigent également leur départ. Ils l'ont dit et réitéré, hier, lors de cette huitième marche du vendredi. Et la participation record enregistrée, hier démontre que la démobilisation populaire est encore loin d'être au rendez-vous.
Selon de nombreux observateurs, présents hier à la marche de Tizi Ouzou, et ayant assisté à ce mouvement depuis le commencement, il y avait encore plus de monde hier. Ce qui a attiré également l'attention, hier, c'est la présence remarquable de la gent féminine et des enfants de moins de 15 ans.
Aussi, le nombre de drapeaux nationaux exhibés tout au long de la journée d'hier faisait penser à la fête de l'indépendance de l'Algérie. Cet emblème a côtoyé allègrement le drapeau Jaune et vert qui symbolise la culture amazighe.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha