Accueil |Nationale |

ANNABA

On parle économie

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

C'est ce qu'a soutenu, samedi dernier à Annaba, l'expert en économie, Ferhat Aït Ali, lors de la première Conférence nationale sur «les défis des entreprises dans une transition démocratique». L'événement a été parrainé par l'Association du développement et de la promotion des entreprises (Adpe).
Le conférencier a estimé que «la période de transition démocratique que traverse le pays place les entreprises face à leurs responsabilités de se structurer au sein d'organisations professionnelles fortes, capables de corriger l'orientation et d'imposer le principe de l'efficacité économique».
Pour le conférencier, qui a évoqué l'état des lieux de l'économie algérienne et «les indices négatifs» qui s'en dégagent, «une longue période de transition ne sert pas l'avenir de l'économie nationale.
Celle-ci a besoin d'institutions légitimes et stables pour développer les investissements et dynamiser la croissance», a-t-il dit.
L'intervenant a mis en garde contre la négligence de l'aspect économique dans l'équation de la transition démocratique, dont «la période de deux ans préconisée par certains, ici et là, sera catastrophique pour l'économie du pays».
«Les réserves de changes qui se sont effritées de 200 milliards à 73 milliards de dollars actuellement, peuvent être exploitées en vue d'une transition rapide et d'une stabilité des institutions, dès l'été prochain pour construire une économie productrice de richesse», a-t-il expliqué.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha