Accueil |Nationale |

LES ÉTUDIANTS ONT RÉINVESTI LA RUE À BÉJAÏA

Ils exigent le départ des deux autres "B"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Les étudiants de l'université Abderrahamne Mira de Béjaïa ont réinvesti, hier aussi, la rue à l'occasion d'une marche qui s'inscrit dans le cadre du mouvement national pour le changement et le départ des symboles du système.

La communauté estudiantine de la wilaya de Béjaïa a ainsi exprimé son refus de voir Bensalah et Bedoui en exercice. Des milliers d'étudiants ont battu le pavé dans la capitale de la Soummam. Avant la manifestation, des marcheurs affluaient des différents campus et cités universitaires pour converger vers le campus de Targa Ouzemour, où ils se sont rassemblés pour l'entame de la marche. Celle-ci a démarré vers 11h. Les manifestants ont mis en avant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire des slogans hostiles au pouvoir et pour le départ du système. «Bedoui et Bensalah et Belaïz dégagez», est-il écrit sur l'un des étendards brandis durant toute la marche, qui s'est dirigée, dans un climat pacifique, vers le carrefour d'Aâmriw, pour se poursuivre ensuite vers le centre-ville. Au fur et à mesure que la procession avançait, d'autres citoyens rejoignaient les carrés. Les marcheurs ont scandé à gorge déployée: «Pouvoir assassin!», «Libérez le pays de la mafia!» et «Imazighen!» ainsi que «Système dégage». La procession a continué son parcours jusqu'à la place Saïd Mekbel et plus tard vers d'autres artères de la ville. Les étudiants sont toujours mécontents et sensibles à ce qui se passe dans notre pays. La situation est grave surtout avec le forcing de ceux qui veulent imposer une feuille de route, qui reste «inacceptable», fulmine un étudiant. Il estime que l'insistance pour cette démarche est «une agression contre la volonté du peuple». Les marcheurs se sont dispersés dans le calme sans le moindre incident. Par ailleurs, notons que c'est la huitième action de la communauté estudiantine, depuis le début de la révolte populaire, qui séduit le monde entier par son pacifisme et sa maturité. Mardi dernier aussi, des milliers d'étudiants avaient pris part à une grandiose marche à Béjaïa contre le système.La communauté estudiantine de Béjaïa avait accueilli, hier, avec soulagement la démission du président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz. Mais «cela reste insuffisant» jugent-ils, exigeant par la même occasion le départ des deux autres «B», qui, ajoute-t-on doivent avoir «un minimum de dignité pour partir seuls».

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha