Accueil |Nationale |

GAÏD SALAH CHARGE ET MENACE TOUFIK

Le "choc" des généraux

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le général Toufik vient ainsi de recevoir le coup de grâce après s'être fait ramasser à la cuillère, il y a une quinzaine de jours, par l'ex-président Liamine Zeroual.

Frontale. L'attaque lancée hier par Ahmed Gaïd Salah à l'encontre de l'ex-chef du département du Renseignement et de la Sécurité, l'a été hier. En accusant nommément dans son discours, prononcé hier lors de sa visite à la 4ème Région militaire, l'ex-général Mohamed Mediène dit Toufik de «conspirer autour des revendications du peuple et afin d'entraver les solutions de l'Armée nationale populaire et les propositions de sortie de crise», la colère du chef d'état-major semble avoir monté d'un cran. Ou même de plusieurs puisqu'il lance «à cette personne un dernier avertissement, et dans le cas où il persiste dans ses agissements, des mesures légales fermes seront prises à son encontre». L'ex-DRS n'est pas accusé uniquement de complot, il lui est aussi reproché par Ahmed Gaïd Salah d'avoir «longtemps abusé des richesses du peuple» et d'«oeuvrer à attiser la situation». Avec qui? Hier, le vice-ministre de la Défense a de nouveau évoqué «des réunions suspectes qui se tiennent à l'ombre» entre le général Toufik et «des parties suspectes» mais aussi «certains responsables de partis politiques». De qui parle le général de corps d'armée Gaïd Salah?
Le peuple n'en saura rien. Du moins pas pour le moment comme il le rappellera en insistant sur l'existence des preuves. «(...) en dépit de l'existence de preuves irréfutables sur ces faits abjects. Nous avons affirmé, ce jour-là, que nous allions dévoiler la vérité, et les voici continuer à s'agiter contre la volonté du peuple (...)» a assuré le général de corps d'armée. Le général Toufik vient ainsi de recevoir le coup de grâce après s'être fait ramasser à la cuillère par l'ex-président Liamine Zeroual, il y a une quinzaine de jours. Ce dernier a fait d'une pierre deux coups. Il a apporté de l'eau au moulin d'Ahmed Gaïd Salah en assurant avoir reçu à sa demande l'ex-patron des services de rensignement qui lui a proposé de présider une instance de transition, en accord avec Saïd Bouteflika, frère et conseiller de l'ex-président. Mais il a aussi désavoué Mohamed Mediène qui, quelques heures plus tôt, avait dénoncé «une manipulation grossière en donnant une information invraisemblable qui ne correspond ni à mon éthique ni à mes principes (...) M'accuser d'avoir rencontré des agents étrangers pour évoquer des sujets relevant de la souveraineté nationale est une tentative délibérée de me porter préjudice». A voir l'évolution des choses, faut-il s'attendre à l'arrestation imminente de celui qui, durant longtemps, a été un «faiseur de rois» et dont certains n'osaient même pas prononcer le nom?

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha