Accueil |Nationale |

CONSTANTINE

La Maison de la presse livrée à elle-même

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Elle a été conçue durant les années 1990 pour servir de bureaux aux journaux nationaux et locaux. Dans la précipitation, on a eu l'idée de la construire avec un matériel contenant de l'amiante et nul n'ignore qu'il s'agit d'une matière extrêmement dangereuse pour la santé car elle est cancérigène. Devant l'absence de choix, plusieurs quotidiens nationaux y sont installés. C'est la Maison de la presse de Constantine sise à la zone industrielle Palma. Le problème a été soulevé à plusieurs reprises, qui a conduit le premier responsable actuel de la wilaya à s'y rendre et à faire lui-même le constat catastrophique d'une bâtisse où les plafonds tombent en ruine. En effet, les infiltrations d'eau à cause de la pluie ont endommagé sérieusement cette construction où les pigeons y ont trouvé refuge, de plus, sans toilettes, car fermées, suite à des instructions du directeur de la Maison de la presse, selon le chef des agents de sécurité.
Les journalistes doivent, pour leurs besoins, quitter les lieux de travail pour aller se soulager chez eux. Que dire de l'hygiène et ce n'est certainement pas la faute à la femme de ménage qui subit des pressions arbitraires, car les moyens pour assurer la propreté sont inexistants. Les bureaux sont également privés d'eau puisque une autre instruction fait état que le robinet principal y soit également fermé. Pour cause et prétexte, les bureaux de représentation ne veulent pas payer les charges. Ce qui est faux. A cela doit s'ajouter le diktat du chef des agents de sécurité présent une ou deux fois par semaine, qui refuse tout dialogue pour régler les problèmes qui se posent, se plaignant du manque de moyens financiers, car la Maison de la presse de Constantine et, contrairement aux autres Maisons de presse ne bénéficie d'aucun budget.
Plusieurs correspondances détaillant ce qui se passe ont été adressées au directeur concerné, mais sans suite. La dernière en date du 18 avril 2019 dans laquelle les journalistes sont prêts à fournir les informations qu'il faut avec preuves. Mais on continue d'ignorer ces problèmes nombreux car ce n'est pas tout. A ce titre, un appel est lancé à l'endroit du directeur de la Maison de la presse à Alger par les journalistes qui représentent des organes de presse nationaux, comme El Chourouk, El Khabar El Riadi, Le Jeune Indépendant et L'Expression pour ne citer que ceux-là

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha