Accueil |Nationale |

IL S’EST EXPRIMÉ SUR MÉDI1-SAT

Aït Ahmed absout Hassan II

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Hocine Aït Ahmed vient de donner sa propre version sur un fait historique qui a fait couler beaucoup d’encre.

Franc et direct comme à son habitude, le chef historique, a démenti que le prince héritier du Maroc, le futur Hassan II, ait été complice des services français dans le détournement, le 22 octobre 1956, d´un avion marocain transportant de Rabat à Tunis cinq dirigeants nationalistes algériens. «C´est un mensonge ridicule et excentrique, dont la seule fonction est de travestir les réalités», a déclaré M.Aït Ahmed, dans un entretien diffusé, hier, par la télévision Médi1-Sat, reçue en Algérie. M.Aït Ahmed répondait à Hassanein Heykal, ancien confident du président égyptien Gamal Abdel-Nasser, et ancien P-DG du quotidien Al Ahram, qui avait fait état de ces accusations dans une série historique diffusée par la télévision arabe Al Jazeera, également reçue en Algérie. Le chef nationaliste algérien, qui dirige le Front des forces socialistes (FFS- opposition), était parmi les cinq dirigeants à bord de l´avion DC-3 marocain arraisonné par l´armée française alors qu´il survolait l´Algérie en se rendant de Rabat à Tunis. Les dirigeants algériens seront libérés la veille de l´Indépendance en 1962. Selon M.Aït Ahmed, les chefs algériens se rendaient à Tunis pour assister à une conférence maghrébine, dont l´objectif était d´associer la Tunisie et le Maroc à d´éventuelles négociations avec la France sur le statut futur de l´Algérie, afin de «rompre leur tête-à-tête» avec Paris. M.Heykal fondait ses accusations sur le fait que le prince héritier marocain aurait ordonné que les dirigeants algériens embarquent seuls pour Tunis, alors qu´ils devaient initialement s´y rendre en compagnie de son père, le roi Mohammed V, dans son avion personnel. M.Aït Ahmed a affirmé que le changement d´appareil avait eu lieu à sa demande, après qu´il eut fait état au futur Hassan II de ses «craintes» de faire «prendre des risques» au roi Mohammed V en le faisant voyager dans le même avion que les dirigeants algériens, poursuivis par les services français.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha