Accueil |Nationale |

AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE GHAZA

La grave dérive de la Tchéquie

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le porte-parole du Premier ministre tchèque a qualifié l’action d’Israël à Ghaza de «défensive plus qu’offensive».

Faisant preuve d´un amateurisme désolant dans les affaires internationales, la Tchéquie rate le coche après une semaine de présidence de l´UE. Ce pays connu pour ses positions envers la cause palestinienne, dérive à propos de l´agression contre Ghaza en prenant fait et cause pour Israël.
L´Algérie enregistre avec consternation la position exprimée par le porte-parole tchèque, suite à l´agression israélienne contre le peuple palestinien à Ghaza, indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. «A la suite de l´agression innommable contre le peuple palestinien à Ghaza, l´Algérie enregistre avec consternation la position exprimée par le porte-parole tchèque», indique le communiqué. «L´Algérie déplore cette dérive portée par une pensée politique constamment intoxiquée, alimentée par ceux qui se croyant à l´abri du jugement inexorable de l´histoire, confondent encore entre l´occupant et l´occupé, l´agresseur et l´agressé, le bourreau et ses innocentes victimes», a-t-on ajouté de même source. «L´Algérie saisit cette occasion pour s´associer à toutes les voix qui, dans le monde entier, ne cessent de demander l´arrêt immédiat de cette agression sauvage et pour renouveler sa solidarité agissante et inconditionnelle au peuple palestinien dans sa juste cause», a-t-on souligné. Dans une déclaration aux médias, le porte-parole du Premier ministre tchèque, M.Potuznik, dont le pays assure la présidence de l´UE, a qualifié l´action d´Israël à Ghaza de «défensive plus qu´offensive». Des propos d´une extrême gravité qui ont provoqué la colère du monde arabe. La déclaration de M.Potuznik a été qualifiée dimanche de «grave erreur» par le ministre tchèque des Affaires étrangères, Karel Schwarzenberg, et le porte-parole avait présenté ses excuses pour un «malentendu». Pour sa part, le Premier ministre tchèque Mirek Topolanek, a affirmé hier, avoir un plan qui devrait permettre d´obtenir au moins une trêve dans les combats à Ghaza. «Nous avons un scénario pour agir plus activement afin d´au moins suspendre les combats», a déclaré le chef du gouvernement tchèque sans donner de précisions sur le contenu du plan, lors d´une conférence de presse. Il a, en revanche, indiqué avoir discuté ce scénario avec la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan. Il compte aussi s´entretenir dans la journée à ce sujet avec le président américain George W.Bush et le Premier ministre israélien Ehud Olmert. «Le plan dépasse le rayon d´action de l´UE. Il est d´abord nécessaire de consulter toutes les parties concernées, ainsi que toutes celles qui ne sont pas directement impliquées», a indiqué le porte-parole de M.Topolanek, Jiri Frantisek Potuznik.
Le chef de la diplomatie tchèque Karel Schwarzenberg est à la tête d´une délégation européenne qui se trouve depuis dimanche au Proche-Orient pour tenter d´obtenir un cessez-le-feu.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha