Accueil |Nationale |

LES ARCHS ET LE RÉFÉRENDUM

Une mesure capitale

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La décision de lever la mesure de rejet de toute échéance électorale prise ce week-end par le Mouvement citoyen des archs à l´issue de son conclave ordinaire tenu à Sétif, revêt un caractère capital. Longtemps isolée du reste de l´Algérie, la population de Kabylie va de nouveau renouer avec la sérénité qui ne peut que permettre un retour à la normale.
Après quatre années faites de troubles et de deuil, le Mouvement citoyen né dans le feu de l´action a su par une démarche sereine faire aboutir des revendications soulevées par la rue et qui dénotent les aspirations citoyennes pour une vie meilleure, vidée de la hogra sociale et identitaire qui la minait jusque-là.
Au-delà de la maturité dont ont fait preuve les délégués, il y a lieu de noter cet espoir naissant de voir toute une région retrouver le cours normal des choses. La clairvoyance des deux parties (gouvernement et archs) ont fini par avoir raison des agissements vers le pourrissement que beaucoup voulaient sans pour autant y arriver.
Hier, la rue kabyle respirait l´espoir, celui de retrouver le climat démocratique connu jusqu´à l´avènement de cette mesure, qui malheureusement avait entraîné mort d´homme. Désormais cela ne sera plus le cas.
Le simple citoyen, celui qui n´a jamais voulu s´impliquer, pourra accomplir son devoir de citoyen sans avoir à braver l´interdit. Partout c´est toute une activité politique qui reprend ses droits donnant ainsi l´occasion aux citoyens de s´exprimer en toute liberté. Une liberté qui reste garantie, puisque le mouvement citoyen, représentant la région, a préféré laisser le libre choix aux électeurs concernant le prochain référendum portant sur la charte pour la réconciliation nationale. Les citoyens habitués aux débats libres et francs, et tout porte à croire à une relance de la vie politique et donc aux discussion sur tous les sujets relevant de l´intérêt national.
La levée de la mesure de rejet des élections n´est pas le fruit du hasard mais après de longues et âpres discussions entre les représentants de la Kabylie et le chef du gouvernement, représentant l´Etat algérien. «La satisfaction de la plate-forme d´El-Kseur», en est l´aboutissement et la conséquence logique qui a amené la levée d´une mesure qui a été fort pénalisante pour la région en particulier et le pays en général.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha