Accueil |Internationale |

UNION EUROPÉENNE-IMMIGRATION

Malte, siège du bureau d’appui européen

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Il s’agira d’aider les pays du Sud dans le traitement des demandes d’asile des migrants débarquant sur leur territoire.

Malte hébergera le siège du bureau européen d´appui, chargé d´aider les pays du sud de l´UE dans le traitement des demandes d´asile des migrants débarqués sur leur territoire, a annoncé lundi soir le ministre français de l´Intérieur, Brice Hortefeux. La décision a été prise «à l´unanimité» lors d´une réunion des ministres de l´Intérieur de l´UE à Bruxelles, a précisé le ministre suédois de l´immigration Tobias Billström, qui présidait la réunion. «Le bureau d´appui va pouvoir commencer à travailler très vite, dès le printemps prochain», a estimé le commissaire européen en charge des questions de sécurité. «Il devra se porter au secours des pays les plus sollicités et dont les administrations ne sont pas en mesure de traiter correctement les demandes d´asile», a-t-il précisé. «Il aura également pour mission de former des experts et de récolter des données sur les pays d´où viennent les demandeurs d´asile», a ajouté le commissaire. «Nous devons aider les personnes qui sont aux contrôles des frontières et qui doivent traiter les demandes d´asile à prendre des décisions. Ils doivent tous pouvoir travailler de la même façon», a insisté M.Billström. «Il va maintenant falloir accélérer les travaux pour la mise en place d´un régime d´asile européen commun en 2012», a affirmé la présidence suédoise. «Les jours de la loterie de l´asile doivent être comptés», a-t-il insisté, en soulignant les disparités dans le traitement des demandes d´asile entre les Etats membres. «Il faut plus de solidarité entre les Etats et nous devons rapprocher des pratiques aujourd´hui trop disparates», a renchéri M.Barrot. Mais la partie n´est pas jouée, a reconnu le commissaire. «Il y a une appréhension dans de nombreux Etats vis-à-vis de l´Europe de l´asile», a-t-il expliqué. L´Autriche et le Royaume Uni sont particulièrement réservés à l´idée de devoir se montrer plus solidaires vis-à-vis des pays de l´UE les plus exposés à la pression migratoire, comme Malte. Plus de 67.000 personnes ont traversé la Méditerranée pour demander l´asile en Europe en 2008, dont plus de la moitié sont arrivées en Italie et à Malte, selon des données publiées par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Les pays de l´UE ont approuvé sous présidence française un Pacte sur l´immigration et l´asile dont l´objectif affiché est «l´organisation de l´immigration légale, la lutte contre l´immigration irrégulière, le renforcement de l´efficacité des contrôles aux frontières, l´édification d´une Europe de l´asile et la création d´un partenariat avec les pays d´origine et de transit des migrants». Il favorise l´immigration choisie et facilite le renvoi des immigrants indésirables. Ce qui a valu à l´Europe de vives critiques à l´étranger, en Amérique du Sud ou en Afrique.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha