Accueil |L'Editorial |

Plus fort que les mots...

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Ramadan a officiellement pris fin ce mercredi sur une autre information sanglante. Six militaires ont, hélas, trouvé la mort dans la nuit de mardi à mercredi alors que cinq terroristes ont été mis hors d´état de nuire.
La fin de ce mois est une occasion idoine pour s´empeser sur un bilan sommaire du phénomène qui accompagne systématiquement ce mois de piété et de pardon, celui de la violence terroriste. Dût-il un mort de plus reste un mort de trop, force nous est de constater une très significative régression clairement explicitée par les bilans chiffrés. Nous enregistrons juste une cinquantaine de morts et un moins de blessés durant toute cette période. Des chiffres qui sont de loin les plus bas depuis l´apparition du terrorisme islamiste chez nous en 92. Certes des pics très inquiétants ont été atteints, comme ce fut le cas lorsque les hommes de Hassan Hattab avaient assassiné 9 soldats et en avaient blessé 12 autres vers la mi-ramadan, ainsi que pour les nombreux attentats ciblés qui avaient régulièrement visé des policiers, des patriotes, des gardes communaux et même des militaires au niveau des zones où sévissent les éléments du Gspc. Mais, durant toute sa première quinzaine, pas un incident notable n´avait été relevé, alors que d´une manière générale, ce sont surtout les pauvres villageois, désarmés et isolés, qui ont le plus été ciblés sans que les raids se soldent par plus de 3 ou 4 décès.
Bien plus que les mots sans doute, les chiffres restent des références très sûres quoiqu´il demeure toujours possible de leur faire dire la chose et son contraire s´ils ne sont pas pris dans l´absolu ou s´ils se trouvent entre les mains d´esprits malintentionnés. Nous sommes loin des ramadan émaillés de spectaculaires attentats à la bombe avec leurs centaines de morts et blessés des années 96, 97 et 98. Nous sommes aussi loin des massacres et attentats ciblés de la période suivante. A voir les chiffres actuels et à se remémorer les diverses déclarations officielles à ce propos, on ne peut que conclure que le terrorisme est bel et bien dans sa phase finale. Les quelques groupuscules encore en action, quelques centaines tout au plus, disséminés dans quelques maquis inaccessibles, sont rejetés et traqués par les populations. Les soutiens dont ils jouissaient de la part de certains réseaux à l´étranger ne sont plus que de vieux souvenirs. La concorde, quant à elle, a progressé doucement mais sûrement, ouvrant les portes de la repentance à tous les activistes trompés par les manipulateurs et isolant, dans tous les sens du terme, les criminels qui ont refusé tout dialogue favorable aussi bien au citoyen qu´à la patrie. Le dispositif sécuritaire spécial mis en place à cet effet a, lui aussi, permis de réduire grandement le pouvoir de nuisance des groupuscules encore en activité. Sans doute ne dirons-nous jamais assez le degré de dévouement des services de sécurité, tous corps confondus, dans ce domaine, mais aussi dans celui de la lutte contre le banditisme et la sécurisation du citoyen. La vigilance, elle aussi, finit par porter ses fruits même si le traitement sécuritaire ne suffit pas à lui seul comme il a été démontré maintes fois.
Des années sombres sont, certes, encore à craindre. Mais nous ne progressons plus à reculons. Nous remontons la pente. C´est essentiel même si un mort de plus est toujours un mort de trop...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha