Accueil |L'Editorial |

Un dialogue nécessaire

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La cherté de la vie étant ce qu´elle est, les revendications salariales des professeurs de lycées ne peuvent être que légitimes, sauf à gloser sur le taux d´une augmentation revendiquée de 100 %. C´est vrai que face à une revendication qui peut être considérée comme exagérée, les pouvoirs publics ont opposé jusqu´ici une fin de non-recevoir tout aussi irréaliste. Pendant ce temps, ce sont les élèves qui sont pris en otage.
Le problème, c´est que sur fond de conflit social tout à fait banal, sont venues se greffer cependant des manipulations politiques qui pourraient miner le terrain du dialogue si les deux parties campent sur des positions tranchées et ne mettent pas un peu d´eau dans leur leben. Le milieu scolaire ne devrait-il pas rester à l´abri des luttes partisanes?
Mais surtout, il y a lieu d´attirer l´attention sur le début d´entrée en application d´une réforme scolaire longtemps attendue et longtemps remise aux calendes grecques. Mais maintenant qu´elle commence...à arriver, les conservateurs, qui se sont taillé des fiefs dans le système éducatif, ne demandent pas mieux qu´à la torpiller en se cachant derrière les revendications salariales. Heureusement du reste que ces groupes idéologiques qui remettent en cause le principe de la réforme ne représentent qu´une minorité et ne sont pas en réalité un danger. C´est donc en donnant satisfaction aux revendications salariales qu´il est possible de leur couper l´herbe sous le pied.
Puisse dans ce cas le dialogue qui s´enclenche avec la Fnte d´abord, avec les autres syndicats ensuite, être en mesure de désamorcer une crise qui n´a que trop duré et qui fait peser le spectre de l´année blanche sur les enfants scolarisés.
Les augmentations de salaire que promet et qu´accordera sûrement le gouvernement auront un effet bénéfique sur le niveau de vie des enseignants, mais rendront surtout un peu de dignité à un corps social longtemps marginalisé, trop longtemps même, au regard de la cherté de la vie et de la grille de salaires en cours dans les autres professions.
Le dialogue, oui. On aurait pu commencer par là et les élèves n´auraient pas perdu plusieurs semaines, mais il n´est jamais trop tard pour bien faire. Il fallait sans doute passer par là, pour, à la fois, attirer l´attention sur le maigre pouvoir d´achat des enseignants et sur la nécessaire réforme du système éducatif, chargé de dispenser savoir et formation aux générations montantes.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha