Accueil |Nationale |

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE: LE FLN RÉPOND AU RCD

«Vous n’avez qu’à surveiller les urnes!»

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le FLN dont l’instance de coordination se réunit ce mercredi - pour préparer la candidature du chef de l’Etat à un troisième mandat - ne voit pas d’inconvénient à la présence d’observateurs.

A quatre mois de l´élection présidentielle, le débat sur la fraude refait surface. La présence des observateurs internationaux aux urnes est, d´ores et déjà, un sujet d´actualité. Le FLN dit qu´il n´y s´oppose pas: «Nous ne sommes pas contre la présence des observateurs internationaux aux urnes, mais nous donnons la priorité à nos militants», a déclaré le porte-parole du parti, Saïd Bouhadja. Faisant allusion à la formation de Saïd Sadi, laquelle exige la présence d´observateurs étrangers qu´il pose comme condition sine qua non à la participation de son président, le Dr Said Saadi, à cette élection, il dira: «Ceux qui appellent à la présence d´observateurs n´ont pas confiance en leurs militants.» Pour le parti FLN, la question du contrôle des urnes concerne, en premier lieu, les partis politiques. «C´est à eux de jouer le jeu et de surveiller le déroulement du scrutin», a-t-il ajouté.
Le porte-parole du FLN ne voit pas l´utilité de ces observateurs dont la présence obéit à des desseins politiques car, précise-t-il, la surveillance des bureaux de vote concerne avant tout les militants et les sympathisants du parti ou alors le candidat en question.
Pour ce faire, M.Bouhadja préconise une solidarité partisane: «Les partis politiques doivent se solidariser et mener une action commune pour lutter contre la fraude», a soutenu M.Saïd Bouhadja comme pour court-circuiter cette idée d´observateurs internationaux qui semblent le déranger au même titre que son parti. Le FLN ne voit pas l´utilité de faire venir en Algérie ces observateurs pour surveiller les urnes alors que chaque parti délègue un représentant au niveau de chaque bureau de vote. «Ceux qui appellent à la présence des observateurs internationaux n´ont qu´à faire le travail eux-mêmes», a-t-il précisé en soulignant que le procès-verbal est délivré en présence de tous les représentants des partis. Les propos du porte-parole du FLN visent le parti du RCD. A chacune de ses interventions publiques, Saïd Sadi réclame avec insistance la présence d´observateurs étrangers au point d´en faire une fixation. M.Sadi qui n´a pas caché son désir de se porter candidat à la prochaine présidentielle. Il a fait de cette revendication un préalable à satisfaire par le pouvoir pour sa participation. Interrogé récemment sur cette question, le ministre de l´Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Yazid Zerhouni dit ne pas être contre la présence d´observateurs internationaux aux urnes. Or les propos du ministre de l´Intérieur sont loin de rassurer le parti du Rassemblement pour la culture et la démocratie. Ce dernier exige la venue de 5000 observateurs pour chapeauter l´opération électorale et assurer la transparence de l´élection présidentielle. En prévision de cette échéance, le parti de Belkhadem tait ses divergences, ses dissensions et ses discordances. La machine électorale doit être huilée pour l´événement et le temps est désormais compté pour le FLN, sachant qu´il risque de se faire devancer par son rival de toujours, le RND qui a sa tête le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, fraîchement installé dans cette nouvelle fonction. Aussi, le FLN va réunir ce mercredi, apprend-on, l´instance de coordination pour préparer la candidature du président de la République à un troisième mandat. Des ministres, des sénateurs, des députés et des militants seront présents à cette réunion qui précède celle de l´instance exécutive.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha