Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 19 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 20 °C Max 30 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 22 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 37 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
34
 Khenchela Min 12 °C Max 25 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Autres | A coeur ouvert |

BOUZID BOUKERSI, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DU GROUPE ONAB
OEUFS ET VIANDE BLANCHE

Nous consommons moins qu’il y a dix ans

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Annuellement, 200.000 tonnes de viande blanche sont consommées en Algérie.

Comparativement au début de années 1990, le taux de consommation en Algérie, par an et par habitant de viande blanche, a sensiblement régressé. L´Algérien moyen consomme aujourd´hui, 7,5 kg de viande blanche par an. Ce taux était estimé à 12 kg en moyenne, il y a de cela quinze ans. Un taux relativement loin des normes mondiales où la moyenne de consommation est d´environ 30 kg/an/habitant. Pourtant, le poulet était considéré comme étant la viande du pauvre en Algérie, ce qui ne semble plus le cas aujourd´hui. Ce phénomène régressif dans la consommation ne s´est pas uniquement limité aux viandes blanches. Il a également touché la consommation des oeufs où un net recul a été enregistré.
En effet, les ménages algériens consomment moins d´oeufs qu´il y a une décennie. Au début des années 1990, l´Algérien consommait une moyenne de 120 oeufs par an.
Actuellement, la donne a changé puisque la moyenne de consommation est descendue à environ 80 oeufs par habitant et par an.
Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette régression. Evidement, la raison principale de cette baisse tient au pouvoir d´achat qui a subi une grande érosion ces dernières années.
Cependant, d´autres facteurs se sont greffés à cette situation et qui peuvent aussi expliquer la régression dans la consommation. Il y a, par exemple, cette équation de disparités dans la société algérienne. 200.000 tonnes de viande blanche sont annuellement consommées mais qui ne touchent pas toutes les couches de la société. Il y a également le phénomène des viandes congelées qui ont influé grandement le mode de consommation des Algériens.
Selon une étude effectuée par un institut de sondage en 2005, les modes de consommation en Algérie tendent à évoluer.
Paradoxalement, les dépenses des ménages, toutes catégories sociales confondues, restent encore contraintes par le poids des dépenses alimentaires et celles liées au logement.
Par ailleurs, les données officielles concernant la consommation en Algérie ne sont pas diffusées régulièrement.
La Banque mondiale estime que la consommation des ménages en Algérie a été de 41,4 milliards de dollars en 2004, soit en moyenne 868 dollars par habitant, la consommation ayant augmenté de plus de 13% par rapport à 2003.
La part prédominante des dépenses est consacrée à la consommation alimentaire (45,1% en milieu urbain ; 43,7% en milieu rural). Actuellement, les observateurs ne discernent pas à l´horizon d´indices susceptibles d´inverser la tendance. Du moins, affirment-ils avant que les salaires ne soient révisés à la hausse.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha