Prévisions pour le 20 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 37 °C
32
 Laghouat Min 17 °C Max 29 °C
30
 Batna Min 12 °C Max 24 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 34 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
28
 Tlemcen Min 16 °C Max 25 °C
34
 Alger Min 20 °C Max 25 °C
4
 Saïda Min 15 °C Max 26 °C
30
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
4
 Mascara Min 16 °C Max 25 °C
30
 Ouargla Min 26 °C Max 35 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 25 °C
30
 Illizi Min 22 °C Max 34 °C
30
 Tindouf Min 26 °C Max 36 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 22 °C
47
 Mila Min 17 °C Max 24 °C
4
 Ghardaïa Min 21 °C Max 31 °C
30
Accueil |Autres | A coeur ouvert |

ABDELMADJID BAGHDADLI
DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L’ANDI

10 MILLIARDS D’EUROS INVESTIS

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Le rôle de l´Andi est de communiquer fortement pour drainer les investisseurs étrangers à venir opérer sur le marché algérien.

Malgré les appréhensions quelque peu négatives et parfois malveillantes colportées à l´égard de l´Agence nationale des investissements Andi, il est utile d´informer que depuis la défunte Apsi, 7100 projets productifs ont été réalisés ou sont en voie de l´être.
Ces projets équivalent à 1000 milliards de dinars, soit plus de 10 Mds d´euros, ce n´est pas une mince affaire si l´on considère les 200.000 emplois authentiques déclarés auprès de l´Andi.
M.Abdelmadjid Baghdadli a indiqué qu´il existe "230.000 entreprises actives". Ce tissu industriel de petites et moyennes entreprises pourrait se développer davantage avec la création d´entreprises de sous-traitance, pourvoyeuses d´emploi et de richesses.
En effet, explique-t-il, une multinationale a besoin de cet élargissement pour mieux contrôler ses coûts de production. En plus des 230.000 entreprises existantes, les besoins de l´Algérie se chiffrent de 800.000 à un million d´unités selon des estimations récentes, c´est dire les besoins énormes d´investissement existants.
Il a insisté dans ses propos sur le développement de l´information qui reste peu harmonisée, estimant nécessaire la construction d´un soubassement pour une formalisation de l´information qui intéresserait toutes les parties prenantes. S´exprimant sur la notion d´"échec" de tentatives de création d´entreprises, le DG de l´Andi ne s´émeut pas pour autant et de citer une étude française, concernant une période de 5 ans, qui montre que 50% des entreprises créées "meurent" au bout d´un an d´existence. C´est là un constat d´échec très relatif lié étroitement à la démographie dans un pays qui fait preuve d´une très grande flexibilité et où les choses bougent.
Le rôle de l´Andi est de communiquer fortement pour drainer les investisseurs étrangers à venir opérer sur le marché algérien. Pour mieux aboutir dans cette optique, il est utile, a fait remarquer un journaliste de L´Expression, de faire contribuer nos antennes diplomatiques dans le monde, à l´instar de nombre de pays émergents voisins et amis, pour organiser rencontres, séminaires, expositions, conférences, visites dans notre pays... en un mot, rendre sa place de choix à la communication. Cette option de développement hors hydrocarbures choisie par l´Algérie obéit à une réalité universelle qui veut qu´un pays ne peut bâtir son développement sur la base d´un produit (pétrole) aux prix versatiles et dont il ne peut maîtriser les cours à long terme.
Questionné sur les IDE, Baghdadli indiquera que les Anglais se bousculent dans le domaine de l´énergie, laquelle, rappellera-t-il en exemple, équivaut à 50% du coût d´une cimenterie.
Le DG de l´Andi s´est félicité des "formidables" partenariats réalisés avec Orascom dans le ciment et avec le plus grand métallurgiste dans le monde, Mital.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha