Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 33 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 12 °C Max 23 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Autres | A coeur ouvert |

INVESTISSEMENTS DIRECTS ÉTRANGERS

«Rendez-vous dans cinq ans»

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L’Algérie est ciblée par des investissements généralement lourds, comparativement aux voisins qui, eux, sont concernés par des implantations de petites unités de production.

Adepte du «verre à moitié plein», M.Baghdadli est un grand optimiste. Il estime que, malgré les problèmes objectifs qui entravent le développement de l´investissement en Algérie, la mutation de l´économie algérienne est en train de se faire. «Passer d´une économie administrée à une économie de marché, exige la production d´une législation adéquate et surtout une maturation des mentalités», souligne l´invité de L´Expression qui, assez peu porté sur la langue des chiffres, préfère mettre en avant la nécessaire évolution de l´environnement économique. Cela dit, le directeur général de l´Andi retient le fait que l´Algérie a été la première destination des investissements directs étrangers de la région Meda. «C´est la Banque mondiale qui a fait ce constat», a tenu à préciser M.Baghdadli, pour qui ce classement est révélateur de l´état d´attractivité de l´économie nationale. Un point positif, retient-il, d´autant que l´Algérie est ciblée par des investissements généralement lourds, comparativement aux voisins, qui eux, sont concernés par des implantions de petites unités de production.
Mais cette performance de l´Algérie n´est pas, à en croire notre invité, une fin en soi. Il reconnaît que la problématique de l´investissement direct étranger n´est pas encore totalement réglée en Algérie. Il estime que le développement des IDE est fonction de nombreux facteurs, dont la mise à niveau de l´infrastructure de base, en matière de réseaux routier, ferroviaire et aérien et surtout l´amélioration de l´image de l´Algérie dans le monde. M.Baghdadli confiera, à ce propos, qu´à de nombreuses occasions, il a eu affaire à des patrons étrangers qui disent avoir eu une image complètement déformée du pays. «Beaucoup d´hommes d´affaires étrangers disposent d´informations tronquées sur l´économie nationale», soutient notre invité qui affirme que, de plus en plus, la situation tend à évoluer favorablement. «Vous savez, on ne peut pas, du jour au lendemain, attirer des investissements colossaux», souligne M.Baghdadli.
Il maintient cependant, qu´au vu de l´évolution de l´économie nationale, l´Algérie est réellement sur une pente ascendante en matière d´investissements étrangers directs. A ce propos, le directeur général de l´Andi estime que dans cinq ou six ans, l´ensemble des mécanismes seront en place et l´on assistera à un décollage effectif des IDE.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha