Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 23 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 14 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 35 °C
32
 Tamanrasset Min 22 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 29 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 30 °C
32
 Annaba Min 20 °C Max 27 °C
32
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 22 °C Max 33 °C
30
 Oran Min 21 °C Max 31 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
32
 Khenchela Min 14 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 16 °C Max 29 °C
34
 Ghardaïa Min 18 °C Max 30 °C
34
Accueil |Autres | A coeur ouvert |

BOUDJERRA SOLTANI,
PRÉSIDENT DU MOUVEMENT DE LA SOCIÉTÉ POUR LA PAIX

«J’ai rencontré les dirigeants de l’ex-fis»

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

La reprise de la violence est une réaction de ceux qui veulent profiter du dernier quart d’heure.

Le MSP est l´un des partis politiques qui revendiquent la paternité du projet de réconciliation nationale depuis le début de la tragédie nationale. Le défunt Mahfoud Nahnah, l´ancien président du Mouvement de la société pour la paix, était un réconciliateur farouchement opposé aux thèses de l´éradication en prêchant les vertus du pardon entre frères. L´actuel président du MSP fait dans la continuité. La tournée, qu´il a fait lui et bien d´autres responsables du parti dans les capitales européennes et de l´Amérique du Nord, est une preuve vivante du maintien de cette ligne de conduite.

«Je n´ai pas été cité dans l´affaire Khalifa»

Je n´ai pas été cité dans l´affaire Khalifa et je n´ai jamais été convoqué par le juge d´instruction. Tels sont les propos du président du MSP quand on l´a interrogé sur une éventuelle implication dans cette affaire comme cela a été rapporté par un organe de presse. Soltani donne des détails sur son passage à la tête du ministère du Travail et de la Sécurité sociale qui a duré, dit-il, dix-huit mois. Mandat durant lequel précise-t-il «je n´ai signé aucun document en relation avec les avoirs déposés dans la banque Khalifa». Mieux encore, notre interlocuteur nous informera qu´il n´avait jamais reçu une demande dans ce sens. Une telle opération, explique-t-il est du ressort du conseil d´administration et des directeurs des caisses de la sécurité sociale (cnas).


Soltani confirme que lui et ses pairs ont rencontré d´anciens militants du FIS, parti aujourd´hui dissous, tels que Kébir, Hadam, Kharbane, Dehina et d´autres dirigeants de l´ex-nébuleuse islamiste qui ont montré «des signes encourageants et une prédisposition à rentrer au pays dans le cadre des dispositions prévues par la Charte pour la paix et la réconciliation nationale».
Prié de donner un bilan exhaustif sur la période de grâce accordée aux activistes pour déposer les armes et qui prend fin le mois prochain, Boudjerra Soltani nous donne rendez-vous justement pour la fin de cette période afin de juger sur pièces les résultats de cette action politique initiée par le président de la République. Toutefois, il considère les résultats déjà réalisés comme étant «très positifs» et «encourageants». La recrudescence des actes de terrorisme ces dernières semaines ne le surprend pas outre mesure. «Nous avons prévu, dit-il, une telle ébullition. Cette reprise de la violence est une réaction de ceux qui veulent profiter du dernier quart d´heure. Je leur dirai que le match est fini et la réconciliation a réussi».
En effet, les groupes terroristes irréductibles, encore sur le terrain, ont opéré, ces derniers jours, des coups d´éclat sanglants visant sans distinction aucune des civils et des militaires.
Une manière, peut-être, d´adresser un message aux autorités du pays pour leur signifier leur entêtement à aller jusqu´au bout de leur logique suicidaire. Une attitude devenue habituelle, à l´approche des événements politiques majeurs dans le pays, de la part des groupes terroristes.
Pour donner une autre dimension à cette réussite de la politique de réconciliation nationale, Soltani nous informe que l´Algérie l´a proposée comme modèle à intégrer dans les politiques de règlement des conflits internes des pays sans faire appel aux forces et puissances étrangères. Le document, dit-il, a été étudié lors du dernier congrès de l´Organisation de la Conférence Islamique qui s´est déroulé à Bakou en Azerbaïdjan.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha