Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 24 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 21 °C Max 34 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
23
 Tlemcen Min 20 °C Max 28 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 19 °C Max 31 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 21 °C Max 33 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 22 °C Max 35 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
47
 Khenchela Min 13 °C Max 25 °C
32
 Mila Min 15 °C Max 27 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Autres | A coeur ouvert |

IRAK ET PALESTINE

Toute solution doit être viable

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Que ce soit l’Irak ou la Palestine, tous deux s’inscrivent dans un schéma plus global de paix au Moyen-Orient.

A nos questions sur la situation en Irak et en Palestine, Son Excellence a longuement développé les aspects techniques qui, selon lui, mènent vers la solution juste et équitable. C´est ainsi qu´il a été question de la criminalisation du parti Baath que craignent beaucoup les différentes factions tels les chiites et les Kurdes. De mettre au point une loi sur le pétrole. Et que, de toute façon, la solution en Irak ne peut être que politique. En Palestine aussi d´ailleurs. M.Ford parle en connaissance de cause, lui qui a une solide expérience du monde arabe où il était en poste depuis le début des années 1980, notamment durant deux années et demie passées en Irak.
Alors que Tony Blair estime venu le temps du désengagement pour ses troupes, Bush envoie des renforts. Cela est dû à la situation au sud de l´Irak où se trouvent les troupes britanniques. Dans cette région, les Anglais estiment venu le temps de confier la sécurité aux troupes irakiennes. Les Américains n´ont pas le même avis. C´est pourquoi, selon l´ambassadeur, «le président Bush est convaincu que les troupes US doivent encore rester». S´agissant du problème palestinien, le représentant américain à Alger pense qu´il faut remettre les belligérants à la table des négociations. Pour cela, il faut dit-il «être deux pour négocier», or, selon lui, il faut que Hamas reconnaisse l´Etat d´Israël, renonce à la violence et reconnaisse les accords signés par l´OLP. Aucune condition pour Israël. Même pas une allusion aux multiples résolutions des Nations unies jamais appliquées. D´ailleurs, dès que fut abordée la possession de l´arme atomique par Israël, l´ambassadeur américain a aussitôt évacué la question en «la mettant de côté». En réalité, les problèmes, tant irakien que palestinien, ne se posent pas en termes techniques comme cela a été le cas durant l´entretien. Il est clair que la violence constatée en Irak et les factions qui se déchirent font suite à l´invasion décidée par les Etats-Unis, rappelons-le, au motif de l´existence d´armes de destruction massive. Un motif qui s´est avéré totalement faux. Quant aux Palestiniens, à qui il est demandé aujourd´hui le respect des accords passés avec l´OLP, n´est-il pas juste pour «une solution viable» d´avoir la même exigence avec les Israéliens. Que ce soit pour les résolutions de l´ONU, les accords d´Oslo, les accords de Camp David ou plus simplement la Feuille de route. De toute façon, que ce soit l´Irak ou la Palestine, tous deux s´inscrivent dans un schéma plus global de paix au Moyen-Orient qui comprend tous les Etats de la région et notamment la Syrie contre qui une intervention militaire est toujours pendante et le Liban où la situation n´est guère reluisante et où les troupes de la Finul essaient tant bien que mal d´assurer l´ordre.
Cela dit, la visite à notre journal, dont nous a honorés l´ambassadeur des Etats-Unis à Alger, M.Ford, aura été très riche en enseignements. Des heures d´informations que nous capitalisons et qui nous serviront pour une longue période au quotidien dans notre travail.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha