NOUREDDINE HASSAÏM, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE TOYOTA

«Nous avons réussi un challenge en algérie»

La politique de ce groupe consiste à structurer la marque dans des marchés à très fort potentiel, notamment via une installation directe.

En homme convaincu, le directeur général de Toyota Algérie, parle avec fierté du parcours réalisé par la marque nippone dans notre pays. Pour Noureddine Hassaïm, la perspicacité et le savoir-entreprendre qui caractérisent les managers algériens, ont beaucoup contribué à cette évolution remarquable de ce label automobile sur notre territoire. Mais, on relèvera également le formidable potentiel du marché algérien qui était déjà décelable dès les années 1990. L´actuel patron de la marque japonaise affirme que Toyota Algérie, grâce à son parcours irréprochable, jouit aujourd´hui de toute la confiance du groupe saoudien Jamil dont elle dépend. Mieux, elle représente 40% des parts de ce dernier à l´international. Puisque la division Nord-Afrique composée de l´Algérie et du Maroc accapare à elle seule quelque 60%.
Pour rappel, le groupe international Abdellatif Jamil dont le holding se trouve au Liban, est détenteur de la marque Toyota dans plusieurs pays. La politique de ce groupe consiste à structurer la marque dans des marchés à très fort potentiel, notamment via une installation directe. Il opère dans plus de 130 pays.
Il est particulièrement actif à l´international dans une douzaine de pays comme la Chine, le Soudan, la Syrie, l´Egypte, Monaco, l´Allemagne, l´Angleterre, et bien entendu l´Algérie et le Maroc.
Très bien structuré dans la région du Moyen-Orient, dont l´Arabie Saoudite, il parvient à écouler régulièrement quelque 250.000 véhicules par an. Alors qu´en Angleterre, il commercialise plus 100.000 véhicules par an, toutes marques confondues. Invité de notre rubrique «A coeur ouvert» le premier responsable de Toyota Algérie fait part, avec satisfaction, des réalisations qui oeuvrent à asseoir, désormais, de manière pérenne, la marque Toyota sur le territoire national.
Il cita les premiers balbutiements de l´enseigne alors qu´elle ne disposait que d´un personnel restreint et de quelques modestes locaux dans la capitale. A Hydra d´abord, ensuite à Hussein Dey, alors que le marché algérien était déjà porteur avec à la clé, de gros contrats de vente. Souvent, le noyau de ce qui adviendra plus tard Toyota Algérie emboîta le pas à des filiales comme Thia, filiale à l´époque d´une société japonaise, escalada dans les ventes et parvint à arracher la représentation exclusive aux Japonais. Puisque, de 1000 unités réalisées en 1995 à 3500 unités établies en 2000, le staff Toyota Algérie naissant discuta confortablement les clauses du contrat de TMC en Algérie.
Ainsi, en 2001, la concession Toyota Algérie fut définitivement établie et assura depuis la distribution de la marque loin de toute zone d´ombre. Le talent de certains managers à l´instar du prédécesseur de M.Hassaïm, M.Yalla, y contribua énormément. En 2002, Toyota Algérie entama la représentation de la deuxième marque du groupe qui est Daihatsu.
Une marque très connue au Proche-Orient et leader au Japon. Elle est spécialisée dans les mini-camions et une gamme restreinte de véhicules de tourisme. «Ce fut un challenge de la faire connaître et nous avons fini par réaliser, grâce à elle, de gros chiffres d´affaires», déclare M.Hassaïm qui parle déjà de 4500 véhicules à son actif en Algérie pour cette seule marque. Aussi, Toyota commercialise-t-elle, avec une aisance déconcertante et exclusivement, toutes les marques du groupe Toyota qui sont Toyota, Hino et Daihatsu selon le même schéma qui a cours au Maroc et à Monaco.
M.Hassaïm rappelle que le camion Hino vient d´être introduit récemment et en priorité en Algérie; ce qui traduit toute la confiance qu´a le groupe Toyota dans l´équipe de managers activant en Algérie et dont le leitmotiv est le «Best practice» ou «le Toyota way» avec en soubassement le transfert de technologie et son corollaire, le service après-vente efficace et à la disposition du client algérien.