Prévisions pour le 23 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 33 °C
23
 Laghouat Min 17 °C Max 28 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 25 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
34
 Tamanrasset Min 21 °C Max 30 °C
30
 Tlemcen Min 18 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 28 °C
32
 Saïda Min 17 °C Max 29 °C
34
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 33 °C
28
 Tindouf Min 24 °C Max 35 °C
32
 Khenchela Min 12 °C Max 23 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
32
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Autres | Contributions |

CONSULTATIONS POLITIQUES

Quelques suggestions pour enrichir le débat

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Certains «partis politiques», incapables d’affronter les élections, revendiquent le fort taux d’abstentionCertains «partis politiques», incapables d’affronter les élections, revendiquent le fort taux d’abstention

Depuis la décision prise par le président de la République de l´ouverture de consultations et de concertations pour une révision de la Constitution, l´Algerie s´est inscrite dans une dynamique de changement avec pour objectif la consécration de la démocratie participative. En tant que citoyenne algérienne, je suis donc, avec une attention toute particulière cette actualité.
Et à ce propos, je souhaite faire part de certaines suggestions.
1.La Constitution garantit des droits. Mais faut-il rappeler que tout droit est assorti d´un devoir. Le droit de vote est un acquis dont malheureusement peu de gens usent. Pour diverses raisons, beaucoup de citoyens n´assument pas ce devoir, et certains d´entre eux, bien que n´ayant pas exprimé leur suffrage, sont les plus ardus à critiquer ou contester les élections, allant jusqu´a mettre en doute la légitimité des élus.
Mieux, certains «partis politiques», incapables d´affronter les élections, revendiquent le fort taux d´abstention. Or, l´abstention n´est pas l´expression d´un suffrage, contrairement au vote blanc qui dans des cas bien précis, peut avoir pour conséquence l´annulation d´un scrutin.
Aussi, afin d´impliquer le citoyen dans le processus décisionnel, je propose que le vote soit obligatoire pour tout ceux qui sont en âge de le faire, et que ceux qui s´abstiennent soient passibles d´amende, amende qui sera reversée dans les caisses des communes où ils sont inscrits
2.Aujourd´hui, la focalisation se fait exclusivement sur la limitation des mandats pour la Présidence de la République. Qu´en-est-il des autres mandats éléctifs? Pourquoi n´évoque-t-on pas la limitation des mandats pour les assemblées élues?
La raison exigerait qu´au vu du vieillissement de notre élite politique, la limitation des mandats soit envisagée pour tous les postes électifs et ce, afin de favoriser l´alternance aux postes décisonnels. Une limitation à 2 mandats successifs devrait être consacrée par la Constitution, et aurait, entre autres, pour effet direct de reconquérir la confiance du citoyen et créer ainsi les conditions nécessaires pour les réformes décidées par Son Excellence Monsieur le Président de la République.
3.Cette limitation devrait également avoir pour effet, à plus ou moins court terme, le rajeunissement de l´élite politique. Mais les vieilles habitudes étant tenaces, je pense que sans l´intervention de Son Excellence Monsieur le Président de la République afin d´imposer un quota de 30% pour la représentation des jeunes sur les listes électorales, cette eventualité pourrait tarder à voir le jour. Or, de même qu´il était inconcevable que les femmes qui représentent la moitié de la population n´aient pas accès aux postes électifs, il est aujourd´hui, inconcevable que la jeunesse soit mise à l´écart de ces mêmes postes. Reste à définir ce que l´on entend par jeunesse. Je suggère que l´on retienne la limite d´âge pour le recrutement dans l´administration, c´est-à-dire 35 ans.
4.Les partis politiques ont, aujourd´hui, pour obligation de porter sur les listes éléctorales 30% de femmes. Un acquis certes. Mais pourquoi se contenter de 30% alors que les femmes représentent 50% de la population?
Contrairement aux idées reçues et aux vieilles habitudes tenaces, la représentation des femmes doit tendre à un partage équitable: 50/50. Lors des élections de 2012 pour les differentes assemblées le respect de ces quotas sera de rigueur, mais il faut dès à présent oeuvrer pour que ce quota évolue de 10% à chaque échéance éléctorale, passant à 40% en 2017 pour atteindre 50% en 2022.
Ce sont donc là mes suggestions, qui, je l´espère, provoqueront le débat chez ceux qui s´intéressent au devenir de notre pays.

(*) Ex-députée FLN de la wilaya d´Oran

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha