Prévisions pour le 25 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 13 °C Max 25 °C
30
 Biskra Min 21 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 22 °C Max 30 °C
23
 Tlemcen Min 16 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 21 °C Max 26 °C
34
 Saïda Min 18 °C Max 29 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 27 °C
34
 Mascara Min 16 °C Max 30 °C
32
 Ouargla Min 23 °C Max 34 °C
32
 Oran Min 21 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 24 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 33 °C
32
 Khenchela Min 13 °C Max 24 °C
30
 Mila Min 17 °C Max 26 °C
30
 Ghardaïa Min 20 °C Max 31 °C
32
Accueil |Autres | Contributions |

DÉRIVES DE CERTAINS HOMMES POLITIQUES

Une fetwa sur la fraude électorale

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Faire de la politique de nos jours c'est, semble-t-il, être capable de piétiner, pour quelques voix de plus, les principes de base de la démocratie.

Faire de l'opposition, de notre temps, peut se résumer, pour certains, à danser du ventre lorsque le pouvoir en place l'exige et à mendier, en contrepartie, une récompense en voix. Tout le monde n'a certainement pas la même perception des élections. Il va, donc, de soi que tout le monde n'ait pas la même compréhension de la fraude électorale. Les discours à ce propos sont aussi nombreux que le nombre de fois où l'Algérien a voté; mais ils sont aussi vieux que son ennui, que ses attentes déçues et ses rendez-vous avec lui-même ratés. Cependant, le discours tenu dernièrement par un président de parti de l'opposition, et malgré tout ce à quoi nous avons été habitués, a de quoi étonner.
La naïveté qui a servi de toile de fond à ce discours, le manque de lucidité qui l'a accompagné, l'immaturité qui l'a caractérisé et, surtout, l'absence totale de principes, ont dû assommer plus d'un parmi ceux qui ont entendu ce discours. Dans ce discours qui nous a été développé lors d'une émission de TV, la fraude électorale ne semble pas poser problème. Même dans les pays les plus avancés, soutient notre bonhomme, il y a fraude électorale. Donc, ce n'est pas la fraude qui est en question. Ah bon?! On se demande parfois où nos hommes politiques vont chercher leurs arguments et comment est-ce qu'ils réfléchissent pour avoir l'audace de nous débiter n'importe quoi.
Une fraude reste une fraude, même lorsqu'elle est commise par les autres. Elle constitue «un acte malhonnête fait dans l'intention de tromper en contrevenant à la loi et aux règlements» (Larousse). Doit-on l'accepter pour la simple raison que d'autres la pratiquent? Ou bien est-ce vouloir faire preuve de maturité lorsqu'on dit que la fraude électorale n'est pas un problème en soi. Ceux qui se battent pour la démocratie, dénoncent avec vigueur et rejettent avec dégoût les irrégularités électorales. Ils savent que frauder dans des élections n'aide en rien le pays, ni le peuple. Aucune fraude électorale, parce qu'elle a pour objectif de détourner le choix du peuple, ne peut prétendre servir un pays.
Alors qui ose encore tenir ce discours désuet où l'intérêt de la nation est conjugué à toutes les intentions et tous les actes, y compris les plus répréhensibles? Qui ose nous faire croire qu'on nous vole parce que c'est bon pour nous, pour notre avenir et pour celui de nos enfants? Qu'on nous vole pour des raisons de haute importance nationale et que nous ne pourrions jamais comprendre. Il faudrait alors leur faire confiance et les laisser nous voler.
A dire vrai, le pouvoir en place n'aurait pas fait mieux. Mais si la fraude électorale ne pose pas problème, alors qu'est-ce qui pourrait en poser? Sur ce plan, notre homme a été très clair. Ce qui pose problème, soutient-il, c'est la manière dont sont partagées les voix ajoutées, il faut comprendre par-là les voix du bourrage des urnes. Tiens donc, la belle fetwa! En termes plus clairs, l'homme politique ajoute, les voix frauduleuses doivent être réparties en parts égales entre les participants afin de ne pas falsifier les résultats. En d'autres mots, cela signifie que le vol cessera d'être un vol si chacun a sa part du butin. Et la fraude, selon notre bonhomme, sera légale si tout le monde y est impliqué. C'est ce qu'on appellerait volontiers faire la théorie de la fraude. Drôle de raisonnement! Drôle de temps! Quelle est donc cette perception de l'opposition qui permet à certains de hurler leur opposition au pouvoir, à l'aube, et de s'asseoir avec lui, la nuit, autour du décompte des voix volées? Et quelle est donc cette idée du peuple qui vous permet de le trahir pour le partage de voix fictives? Lorsqu'on est dans l'opposition, on gagne des voix, on ne les mendie pas et lorsqu'on aspire à représenter le peuple, il faut être capable de refuser de trahir les espoirs de ce peuple pour quelques voix de plus. Alors de là à venir nous faire des fetwas sur la fraude électorale, non, merci!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha