Prévisions pour le 24 Septembre 2018

 Adrar Min 25 °C Max 35 °C
30
 Laghouat Min 17 °C Max 30 °C
34
 Batna Min 12 °C Max 26 °C
32
 Biskra Min 20 °C Max 33 °C
32
 Tamanrasset Min 21 °C Max 31 °C
30
 Tlemcen Min 19 °C Max 29 °C
32
 Alger Min 20 °C Max 27 °C
32
 Saïda Min 20 °C Max 30 °C
32
 Annaba Min 21 °C Max 28 °C
34
 Mascara Min 18 °C Max 31 °C
32
 Ouargla Min 22 °C Max 33 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 27 °C
32
 Illizi Min 23 °C Max 37 °C
30
 Tindouf Min 23 °C Max 32 °C
34
 Khenchela Min 12 °C Max 25 °C
34
 Mila Min 15 °C Max 28 °C
34
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
32
Accueil |Autres | Contributions |

QUESTION LANCINANTE DES MIGRANTS

Regard lucide d'un sudiste

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Leur présence en Algérie doit se faire dans le cadre de la loiLeur présence en Algérie doit se faire dans le cadre de la loi

La question des migrants est devenue un sujet d'actualité, une préoccupation qui alimente toutes les discussions, un thème de la société.

Enfant du Sud, je suis de la génération qui a connu la misère noire, une gestion coloniale militaire, qui dit militaire, dit sévérité de la punition à son plus haut degré etc. Ancien Secrétaire permanent de l'Ocfln, je me suis frotté dans le cadre de cette fonction, à ceux et celles qui devaient quitter impérativement les lieux pour se réfugier chez le voisin, heureusement connu pour son hospitalité légendaire. Contraints de partir, laissant femme et enfants à la seule merci du ciel, je les ai vus ces réfugiés algériens vivant dans la précarité et le dénuement.
D'autre part, je ne voudrais pas paraître comme le défenseur de ce haut responsable de l'Etat, malgré le lien professionnel qui nous liait, il n'a nullement besoin de ma plume. Ceci dit, la déclaration de M.Ahmed Ouyahia est celle qui a brisé le silence sur les vraies intentions des uns et des autres.
D'emblée, je voudrais rappeler aux uns et aux autres qu'ils ont oublié le flux des Algériens «les réfugiés, (el mouhajirine)» dans les pays voisins, le Maroc et la Tunisie, durant la lutte de Libération nationale.
Cette génération, qui a vécu le calvaire de la faim, de l'exil et parfois l'insécurité, est encore en vie, du moins leur progéniture qui l'a accompagnée dans cette mésaventure «dégradante».
Ces derniers sont plus sensibles à la situation vécue de par leur âge et l'innocence qui les animent La compréhension et la clémence devraient en réalité être incrustées d'une manière indélébile dans la mémoire. A ceux-là, je poserais une simple question: «Est-ce l'aisance et la paix actuelles qui vous ont fait oublier ce douloureux passé?»
«Qui songe à oublier se souvient» disait Montaigne (Essais).
Par ailleurs, en ce qui concerne la situation du Sahel actuellement, il serait souhaitable de se reporter aux deux articles qui décortiquent cette région, parus dans L'Expression le 07 - 04 - 2012: «La menace d'implosion des Etats sahéliens nés de la décolonisation» et «Autopsie d'une crise, situation au nord du Mali», publié le 11 - 10 - 2012.
En voici un extrait révélateur: «Un engagement militaire à moyen terme, ayant pour objectif le rétablissement de l'intégrité territoriale malienne, pourrait avoir des conséquences insoupçonnées pour tous les Etats de la région:
-un début d'une déstabilisation régionale pour un demi-siècle, pouvant entraîner dans son sillage, -une implosion sur le long terme des Etats nés de la décolonisation avec une nouvelle carte géographique redessinée, tenant compte principalement des ressources naturelles au profit des Puissants.
Les perdants seront toujours les populations civiles qui, d'un stade d'errance, (réfugiés), se verront rattachées à des espaces territoriaux bousculant leur mode de vie, leurs us et coutumes, un déracinement sans précédent.
Grosso modo ce qu'a dit si Ahmed Ouyahia: «D'abord, ces gens sont venus de manière illégale. De plus, la loi algérienne ne permet pas de recourir à la main-d'oeuvre, étrangère. Nous avons des sociétés chinoises qui exercent en Algérie, qui ramènent leur propre main-d'oeuvre mais avec des contrats de travail renouvelables. Au sein de cette communauté installée de manière illégale dans notre pays, il y a les crimes, de la drogue et beaucoup de graves fléaux. Nous ne demandons pas à l'Etat de les jeter en mer ou au-delà des frontières du Sahara. Mais leur présence en Algérie doit se faire dans le cadre de la loi. Nous ne pouvons pas laisser le peuple algérien vivre dans l'anarchie. Ceux qui nous parlent des droits de l'homme, je leur dis que nous sommes souverains chez nous. Il y a de grands pays qui parlent de la construction de mur avec un de leurs voisins, et l'Europe veut transformer l'Algérie et l'Afrique du Nord en campements pour stopper les Africains.» Article de Salima Tlemçani, intitulé «Les propos choquants d'Ahmed Ouyahia le10.07.2017.
Les propos qualifiés de choquants sont démesurés.
1) L'intéressé est intervenu en sa qualité de chef d'un parti politique responsable qui s'exprime dans l'intérêt de l'Etat en tant que structure d'encadrement administratif du pays.
2) C'est l'excellent gestionnaire avec cette casquette sur la tête qu'il s'est exprimé.
3) Avec la notion de l'Etat gestionnaire du pays et l'existence d'un arsenal juridique qui encadre le pays, il invite les tenants des dispositifs juridiques de se conformer aux lois et règlements en vigueur pour entourer et maîtriser le flux avant un débordement ou une réaction impopulaire difficile à canaliser. C'est sous la casquette du bon juriste qu'il faut comprendre les termes de si Ouyahia. En quelque sorte, l'Algérie ce n'est pas «dar khali Moh».
4) Enfin, en sa qualité de diplomate, il est difficile de s'être exprimé de la sorte pour un ex-ambassadeur au Mali de la façon qu'on le lui reproche.
Cet afflux massif de migrants sahéliens a amené le ministre des Affaires étrangères à s'impliquer dans le débat. Il faut savoir avant toute chose que M. Messahel est le seul et unique diplomate algérien à connaître le mieux le continent africain. Il est et reste le meilleur des diplomates à maîtriser tous les sujets qui «paralysent» les affaires africaines et tout particulièrement la région du Sahel. Le chef de la diplomatie algérienne a parlé de sécurité et de souveraineté de l'Algérie. C'est le discours qu'il a également tenu à son homologue italien lors de son récent déplacement en Italie, propos sûrement destinés aussi à l'Europe. Il ajoute: «Il est évident que l'Algérie, à l'instar des autres pays, prend des mesures pour gérer ce phénomène.» Il y a tout de même un point sur lequel s'accordent «les deux diplomates». Ahmed Ouyahia, par ses déclarations sur les migrants subsahariens qu'il considère comme «une source de crime, de drogue et de plusieurs autres fléaux», pour M.Messahel, il y a bel et bien un lien entre l'immigration massive des subsahariens et les réseaux de trafic de migrants, de drogue, mais aussi avec le narco-terrorisme. M.Messahel affirme que «le gouvernement est en train de prendre ces mesures, devenues urgentes», en précisant qu'il s'agit de «la Sécurité nationale de l'Algérie». Et il souligne avec énergie: «Lorsqu'il s'agit de Sécurité nationale, nous n'avons de leçons à recevoir de personne, ni des ONG nationales ni des partis politiques.»
J'ajouterai pour ma part qu'il n'y a aucune honte pour un membre de l'Etat à dénoncer l'immigration illégale. C'est une obligation. Je précise cependant qu'un flux d'étrangers-réfugiés qui quittent leur pays suite à une guerre, à l'insécurité, en quelque sorte pour sauver leur peau, comme le sont les subsahariens et les Syriens ne peuvent qu'être accueillis. Les Algériens, religieux comme ils le sont, sortant à peine d'une lutte de Libération nationale avec 1 million et demi de martyrs dont la plaie n'est pas encore cicatrisée, ne peuvent être qu'hospitaliers, généreux et cléments. En grande Kabylie, des émigrés algériens ont mis à la disposition de familles syriennes leurs somptueuses villas. Quel est le pays sur la planète Terre qui peut se prévaloir de cet exemple? Mêmes ceux qui se disent être les plus civilisés ont pris la décision de construire un mur avec le voisin! Pour parer à l'afflux migratoire. Il faut préciser cependant que le flux migratoire est différent d'un pays à un autre.
M.Ahmed Tessa dans son article paru dans le Soir d'Algérie Les Algériens sont-ils racistes», on lit: «Ces exilés de la misère ne sont pas venus chez nous de gaieté de coeur. Des milliers de nos compatriotes ont bien pris le chemin de la France et de la Belgique par nécessité impérieuse, il y a de cela des décennies.» Je partage totalement ce point de vue, pour avoir été en poste dans les deux pays cités dans le cadre de la gestion consulaire.
Mais aux propos tenus par une ONG qui déclare mais à juste titre: «Ces personnes ont fui les guerres, la violence et la pauvreté. Elles sont venues en Algérie chercher la paix et la sécurité. Il est de notre responsabilité de les accueillir», je l'interpelle amicalement, mais solennellement de répondre à la question: «mais qui est responsable de cette situation désastreuse?» Il faut également dénoncer ceux qui sont à l'origine de cet état de dégradation humaine. En outre et pour mémoire, les ex-puissances coloniales n'ont-elles pas fondé leur prospérité sur l'exploitation des matières premières des colonies soigneusement écartées d'un développement résultant de leur exploitation? Ces pays qui n'ont pas été capables à l'époque où ils étaient de riches métropoles d'instaurer un échange réciproque, le peuvent-ils maintenant qu'ils connaissent une situation économique difficile?
Quel prétexte a été à la base des interventions en Irak, en Libye, en Syrie? Est-ce le prétexte en préparation de demain pour «envahir»...

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha