Accueil |Autres | De Quoi j’me Mêle |

L'ONU accuse Facebook d'avoir alimenté la crise des Rohingyas

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Les experts des droits de l'homme des Nations unies qui enquêtent sur un possible génocide contre les Rohingyas en Birmanie ont déclaré que Facebook avait joué «un rôle déterminant» dans la propagation de discours de haine dans le pays. Là-bas, plus de 30 millions de Birmans utilisent Facebook, la plupart d'entre eux ne sachant ni comment naviguer sur Internet ni débusquer les fausses nouvelles, notamment celles relayées par un moine bouddhiste hyperactif sur les réseaux. Facebook a joué «un rôle déterminant» dans la propagation de discours de haine en Birmanie, selon des experts des droits de l'homme des Nations unies qui enquêtent sur un possible génocide contre les Rohingyas dans ce pays. Pourtant, le mois dernier, le réseau social disait oeuvrer régulièrement au retrait de discours de haine en Birmanie et désinscrire ses abonnés partageant de tels contenus.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha