Accueil |Autres | De Quoi j’me Mêle |

Annaba vit au rythme des pénuries d'eau

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

A Annaba, les années se suivent et se ressemblent quand il s'agit de pénurie d'eau. A la veille du mois de Ramadhan, plusieurs quartiers de la ville et de sa périphérie, notamment El Hadjar où le rationnement n'a pas cessé depuis des décennies, sont privés d'eau, depuis des semaines. Cela va de la cité du 5-Juillet au quartier du 8-Mars, la cité Auzas et Gassiot, pour ne citer que ceux-là, avec des coupures de 4 jours à une semaine et plus.
La situation s'était nettement améliorée depuis l'année passée et même si l'approvisionnement restait alterné dans beaucoup de quartiers, il y avait tout de même une distribution régulière. Les Annabis ont fait preuve d'une grande patience, mais avec la crise qui impacte et le pays et leur porte-monnaie, ils ne parviennent plus à acheter de l'eau minérale pour leur toilette! Et les camions citernes qui approvisionnent certains quartiers ne sont ni suffisants ni bon marché, surtout en cette période de grand nettoyage dans les foyers. La crise a d'ailleurs poussé nombre d'opportunistes à acquérir des camions citernes pour vendre de l'eau sous le label invérifiable de Bouglez. Tandis que les barrages sont remplis, les Annabis n'ont pas d'autre choix que d'acheter l'eau au prix fort.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha