Accueil |Autres | De Quoi j’me Mêle |

Anesrif: jamais deux sans trois?

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Il y a des entreprises nationales très connues et d'autres seulement par des initiés. C'est le cas de l'Agence nationale pour les études et le suivi des investissements ferroviaires (Anesrif). On n'en entend parler qu'à l'occasion de la mise en service d'une ligne oubliée ou d'un viaduc opportun. Mais, plus souvent, lors de révélations quelque peu alarmantes. Ce qui arrive actuellement, avec une lettre de travailleurs outrés par une gestion selon eux catastrophique. On se souvient qu'en 2009, le DG de cette entreprise avait été arrêté, jugé et condamné pour malversations. Deux ans plus tard, son successeur «tombait» à son tour pour un faux en écriture. Quant à savoir ce qui va se passer cette fois-ci, avec un DG, venu de la région centre de la SNTF en 2011, et qui a tout de même survécu à plusieurs ministres malgré d'importants retards de plusieurs projets ainsi que des échecs patents comme celui de la ligne électrifiée Ramdane Djamel-Skikda, en souffrance depuis plus d'une décennie. Ce qui n'empêche pas l'Anesrif d'être en haut du tableau avec un budget de 40 milliards de dollars pour les deux plans quinquennaux 2004-2009 et 2010-2014 uniquement!

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha