Manipulation de l'information: le pire est à venir

Le pire est à venir avec la généralisation de la manipulation de l'information, a averti une étude française qui s'intéresse aux fake news émanant des Etats et gouvernements. «Les manipulations de l'information, un défi pour nos démocraties», un document réalisé par quatre experts du Centre d'analyse, de prévision et de stratégie du ministère des Affaires étrangères (Caps) et de l'Institut de recherche stratégique de l'Ecole militaire (Irsem), met en exergue l'importance que prendront les logiciels d'édition photo, audio et vidéo qui permettront bientôt «de faire dire n'importe quoi à n'importe qui, rendant la désinformation indétectable». A travers ses 200 pages, l'étude dresse la liste des menaces potentielles les «plus réalistes», critiquant l'accent mis par certains gouvernements sur les fake news dans le but de se dédouaner ou de pointer du doigt de «prétendus ennemis» de la démocratie, afin de «consolider leur propre position politique».